3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance
(2017)
un film de
Satisfaction communauté 84%
3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance

3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance

(2017)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 84%
  • 773 notes
  • 121 veulent le voir

Micro-critique star (blacktide) :
blacktide
Sa note :
3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Sous les larmes et les cris à cran, se pose un regard pour réparer les vivants: à la fragilité dérobée des Hommes, punir, agir ou attendrir. ” — blacktide 18 janvier 2018
16 commentaires
  • cath44
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Des incendies de la mémoire aux lambeaux écarlates du deuil et de la culpabilité, McDonagh ouvre les tumeurs à vif de l’Amérique profonde. ” — cath44 21 janvier 2018
    8 commentaires
    • RegisX
      commentaire modéré Pas vilaine...
      21 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @RegisX merci!
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré Ce film aborde autant la question du deuil que celle de la culpabilité ; il a suscité une discussion professionnelle intéressante car je l’ai évoqué comme illustration du sentiment de culpabilité présent dans tout travail de deuil. Et dans ce contexte, plus le deuil est mal fait, plus le sentiment de culpabilité est enfoui, difficile à reconnaître… alors qu’il peut avoir une action mortifère … Ce deuil très particulier n’est pas seulement fait de peine et chagrin, il est une blessure mentale fait de colère et culpabilité, sentiments très déstabilisants qui ici , excèdent la capacité de cette femme à contrôler ce qui lui arrive…Ce film aborde autant la question du deuil que celle de la culpabilité d’une mère qui dans un mouvement de colère a exprimé un souhait on ne peut plus mortifère concernant sa fille, qui est le soir même, après un conflit avec sa mère a été réellement violée et réellement assassinée Bien sûr que cette mère n’a pas précipité sa fille dans la mort, ni même qu’elle n’en est responsable. La « responsabilité » des mots tend ici à se confondre avec la « « culpabilité des actes ».
      Toute relation affective même la plus chère, la plus aimante surtout quand elle est forte et exclusive est infiltrée d’ambivalence, mélange d’amour et d’hostilité à des degrés divers, qui reste inconsciente. Cela fait le germe de la culpabilité. Cette mère qui aimait sa fille porte en elle une culpabilité qui la ronge et dicte la plupart de ses agissements, de ses actes et la violence de ses sentiments (que ce soit la colère ou la haine qui dirigées sur les hommes de loi n’ayant pas fait ou mal fait leur travail, s’adresse autant à elle-même : ne pas avoir pu retenir sa fille, c’est comme si elle l’avait tuée elle-même )
      31 janvier 2018 Voir la discussion...
  • blacktide
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Sous les larmes et les cris à cran, se pose un regard pour réparer les vivants: à la fragilité dérobée des Hommes, punir, agir ou attendrir. ” — blacktide 18 janvier 2018
    16 commentaires
    • Michel_P
      commentaire modéré @cinephile54 Ce n'est pas un film sur la peine de mort, c'est un film sur la colère, sur la haine qui peut germer en soi et bouffer tout notre être ! Qu'il soit légitime ou non, la question est: peut-on vivre avec la haine en soi, peut-on la dépasser, doit-on l'intégrer à son être pour se transformer et grandir. C'est le parcours de Dixon, ce sera peut-être celui de la mère ! C'est cette réflexion qui est intéressante !
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré @Michel_P je n'ai jamais dit que ç un film sur la peine de mort mais le réalisateur pour justement parler de la haine qui peut germer en nous a pris qd même comme point de départ un événement insoutenable excusez moi du peu ! et cette femme est animée par la rage, par la volonté de ne JAMAIS OUBLIER ni que les autres oublient la colère pour moi est un mot bien trop peu adéquat face à une telle situation la HAINE LA RAGE OUI
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré et bien oui on peut vivre avec la rage au ventre car une mère ne peut + tenir que par la HAINE ET LA RAGE si le réalisateur a choisi l'intolérable comme point de départ ç justement pour poser cette question et il vaut mieux vivre la rage au ventre que mourir
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
  • ianov
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ La vérité violée hante et brûle les ruines du corps social, libérant ses cancers. Au creuset des haines, un sang versé se joue de la pureté. ” — ianov 19 janvier 2018
    4 commentaires
    • ianov
      commentaire modéré Deux choses me frappent rapport au film aujourd'hui, tout d'abord une remarque comparative. Deux actes odieux perpétrés dans ce film et "in the fade", deux combats de mère et femme, deux parcours et deux traitements bien différents, et deux fins qui résonnent bien différemment aussi. Un appel à la vengeance de l'un, et sans doute une sorte de sérénité recouvrée dans l'autre (c'est pas tout à fait clair). Ca fait débat, et réfléchir... Puisdeuxième chose dans l'éciture de Bilboards, n'y a t il pas là(je m'adresse aux spécialistes..) une sorte de pont tendu par Mc Donagh entre cinéma et séries. Cette façon de creuser des lignes, des personnages, de les suivre l'un après l'autre. Bref ..après tout je ne m'y connais pas plus que ça en série...Mais c'est sans nul doute un grand atout du film.
      29 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @ianov Je ne sais pas si on peut considérer cela comme un pont sous forme de série, j'y ai plutôt vu dans cet éfeuillage centralisé sur chaque personnage, son passage de haine, de colère, de frustration et d'injustice, en une sorte de focus libérateur de "lâcher prise" propre à chacun, qui arrivera sur chaque personnage selon les circonstances, afin de bien appuyer la maïeutique de la rédemption. Et je pense que l'impact aurait été amoindri si le récit ne s'était pas attardé à différents moments, plus en détail sur les personnalités de chaque personnage. C'est ce qui en fait sa richesse selon moi.
      31 janvier 2018 Voir la discussion...
    • ianov
      commentaire modéré @Joe_Shelby Assurément, la densité du film doit beaucoup à ce que tu décris, un microcosme rural, asphyxié, ou ne tenant qu'à un fil, dont les éléments seraient à fortiori reliés très intimement vu la petitesse de l'endroit, et qui serait non seulement déstabilisée mais aspirée comme un ensemble face à l'évènement impossible à oublier, pardonner, et résoudre finalement ...
      31 janvier 2018 Voir la discussion...
  • iamjusteen
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Voyage sur les routes du Missouri pendant lequel on rit on pleure et on se prend d'affection pour cette mère vengeresse en quête de vérité ” — iamjusteen 26 janvier 2018
    12 commentaires
  • xzerep
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ La publicité annonçant "Un chef d’œuvre révolutionnaire" est mensongère ; en revanche, Frances McDormand est fabuleuse mais ça on le savait. ” — xzerep 31 janvier 2018
    49 commentaires
    • xzerep
      commentaire modéré @Polo42 Pour "loulou" comme pour le "beau", juste appréciation des choses @Polo42 , juste appropriation des choses...
      1 février 2018 Voir la discussion...
    • Polo42
      commentaire modéré Bah écoute je suis bien content si on se comprend sur tout ça :)
      1 février 2018 Voir la discussion...
    • Polo42
      commentaire modéré J'ai fais une faute de syntaxe : "tout cela est lié À un certain fond"
      1 février 2018 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ La colère, sentiment galvanisé en frustration consumant l'âme des gens ni bon ni mauvais du Missouri. 3 Steps, Les Nuances de la Rédemption. ” — Joe_Shelby 30 janvier 2018
    14 commentaires
    • Ariane92
      commentaire modéré @Joe_Shelby je le ratrapperai dans mon ciné de quartier le Spielberg, il passe semaine du 21 février ^^
      31 janvier 2018 Voir la discussion...
    • JimmyBlue
      commentaire modéré @Joe_Shelby De toute façon j'irais le voir quand même dans les prochains jours (parce que Tom Hanks et Spielberg^^) mais il me donne pas super envie non plus, moins que 3 Billboards en tout cas :)
      31 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Ariane92 @JimmyBlue Il est moins plébiscité c'est tout, après j'ai beaucoup apprécié ce film, ça n'empêche que je ne le considère pas comme un chef d'oeuvre. C'est un très bon film, là je suis d'accord, mais il n'est pas généralissime, mais bon encore une fois, je ne fais pas fi de la hype autour.
      31 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Gotrek
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Anti-thriller, polar assis, figé. Retournement complet des codes moraux et cinématographiques, si violent que le film ne peut que diviser. ” — Gotrek 8 février 2018
    31 commentaires
  • JimmyBlue
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ De cruelles flammes emportent colère et violence, ne laissant qu'un sourire d'espoir d'une émouvante puissance. Sympathy for Lady Vengeance. ” — JimmyBlue 12 mars 2018
    11 commentaires
  • Nathanlemec
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ À Fargo comme à Ebbing, les comptes se règlent par assurance sur la mort. Bons baisers de brutes. ” — Nathanlemec 8 janvier 2018
    6 commentaires
  • Sanium
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Ebbing, Missouri, déchiquette l'adage du nain pour tous et tous pour nain. Rire de l'immonde, c'est déjà pleurer toute sa douleur du monde. ” — Sanium 22 janvier 2018
    2 commentaires
  • CinemAtrium
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Le cancer éreinte la communauté, s'affiche en blanc sur fond noir, le magma de la colère en allume les néons blafards, son opprobre enfumée. ” — CinemAtrium 31 décembre 2017
    1 commentaire
    • CinemAtrium
      commentaire modéré Un probable oscar pour McDormand (bien que j'apprécie peu son jeu) mais celui qui le mériterait, c'est Rockwell, qui m'a déjà donné une sacrée claque. Révélation pour moi.
      1 janvier 2018 Voir la discussion...
  • bredele
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Si les mères attisent les feux de la vengeance, elles savent aussi qu'ils sont purificateurs et parfois de joie. ” — bredele 21 janvier 2018
    7 commentaires
    • Michel_P
      commentaire modéré Pour moi, il n'y a pas de vengeance dans ce film. Le sous-titre: les panneaux de la vengeance trompe le spectateur, ce qui motive cette mère c'est sa quête de la vérité, elle veut savoir, savoir pour faire son deuil et c'est pour cela qu'elle demande à la police de faire son travail. Nulle part, je n'ai vu dans le personnage de la mère un désir de vengeance, plutôt une soif de vérité, une colère folle d'être privée de cette vérité qui pourrait peut-être la libérer...
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré @Michel_P elle commence par un quête de vérité, qui tourne au fiasco et qui dérive dans une attitude si violente qui se rapproche de celle de la vengeance ( qu'elle modulera à la fin)
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Lynchy
      commentaire modéré @bredele Dixon était un super personnage malgré son attitude quelque peu explosive à certains moment (Red), il est un tantinet simplet mais vers la fin du film il commence à se révéler, une très belle personnalité d'un homme plus fort qu'il n'y paraissait (cf. quand il sauve le dossier d'angela, quand il arrache le bout de peau dans le bar pour l'adn, et qu'il sait qui a mit le feu au commissariat à la fin...)
      7 février 2018 Voir la discussion...
  • Jujulcactus
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Trois panneaux s'habillent de mots et de fleurs devant une ville crispée. Amusant, terrassant, un tour de force d'une densité étourdissante. ” — Jujulcactus 25 octobre 2017
    4 commentaires
  • 3615_CH
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Ces 3 panneaux offrent du cœur, du courage et de la passion dans cette Amérique oubliée, éreintée, parano mais forte. Casting fabuleux ! ” — 3615_CH 8 janvier 2018
    9 commentaires
    • fancine
      commentaire modéré @RokuYon Autant pour moi tout le monde s'accorde a dire que c'est un excellent acteur mais comme dirait l'ami 3615 un éternel sous exploité
      17 janvier 2018 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré Y a pas de compétition, les 3 sont au top avec Woody Harrelson. Mais Frances is the queen
      17 janvier 2018 Voir la discussion...
    • 3615_CH
      commentaire modéré OOOOoooooOOOkkkkkk
      17 janvier 2018 Voir la discussion...
  • georges.b1
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Entre Ford et les Coen‚ le racisme sudiste et l'ironie postmoderne‚ McD brasse l’humanisme et l’absurde avec l'aide immense de ses acteurs ! ” — georges.b1 17 janvier 2018
    Commenter
  • tylerd1477
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Le portrait d'une certaine Amérique. Entre ironie autour de la bêtise humaine et tragédie des deuils. La colère attise la colère. ” — tylerd1477 22 janvier 2018
    Commenter
  • fancine
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ McDonagh fait volé en éclat les clichés du genre et livre une oeuvre déchirante d'humanité,qui donne envie de balancer gotrek par la fenêtre ” — fancine 6 mars 2018
    17 commentaires
    • sudroxaz
      commentaire modéré En revoyant le but de Memphis contre le PSG (lien ci-dessous), j'ai un doute sur Aréola. Il bouge pas d'un poil sur la frappe, c'est inquiétant. Enfin c'est le 3e gardien, ça va qu'on a un ancien lyonnais en premier goal.
      29 mai 2018 Voir la discussion...
    • sudroxaz
      commentaire modéré Ci-dessus*
      29 mai 2018 Voir la discussion...
    • fancine
      commentaire modéré @sudroxaz le gros défaut du psg c'est surtout sa défense qui prend l'eau a chaque fois qu'une équipe montre un peu de hargne
      29 mai 2018 Voir la discussion...
  • Airone
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Entre deux idées de cinéma, McDonagh martèle son anthropologie racoleuse et réactionnaire, dont le cynisme vengeur est de la pire engeance. ” — Airone 20 janvier 2018
    18 commentaires
    • Airone
      commentaire modéré @TovarishPior Héhé, je me plais à avoir un avis dissonant. Mais honnêtement, je ne saisis pas l'ampleur du tapage qu'on en fait : ce n'est un "chef d'œuvre révolutionnaire" que pour des américains abreuvés de Clint Eastwood ; pour le reste, c'est quand même assez insignifiant, voire ignoble... Cela dit, je me réjouis de voir que ton avis rejoint à peu près le mien, et j'apprécie la morale ironique que tu en tires !
      2 février 2018 Voir la discussion...
    • TovarishPior
      commentaire modéré Je suis ressorti de ma séance assez incrédule, avec en effet l'impression que le film ne développe aucune critique qu'il prétend émettre et finalement ne résout rien. On oscille entre fatalisme social et morale quasi christique. Car je ne vois pas bien ce qui fait changer le flic incarné par Sam Rockwell à part le fait que son supérieur lui signale dans sa lettre posthume qu'il lui faut plus d'amour. Sans parler de ses brûlures qui font office de pénitence...Et puis je sais pas... j'ai l'impression que chaque geste, chaque décision de McDormand se déploie dans un je-m’en-foutisme cynique et égoïste. Aucun de ses actes ne me semble vraiment politisé...
      2 février 2018 Voir la discussion...
    • Airone
      commentaire modéré Complètement d'accord, cette spirale insensée n'a aucune consistance politique. Et je pense que ça s'explique essentiellement par le manque d'empathie qu'a McDonagh pour ses personnages, par le manque d'intérêt qu'il a pour leur milieu : c'est lui qui les malmène avec un cynisme nonchalant. Cynisme dont il ne sort qu'au prix d'un twist moralisant, voire magique. Comme tu le dis, la métamorphose de Rockwell s'apparente à une conversion quasi religieuse.
      Mais je crois que ce qui m'a le plus énervé, c'est cette indéniable volonté de produire des images marquantes (la scène des panneaux qui brûlent est à cet égard remarquable), qu'il n'a de cesse de noyer dans l'anecdote, en leur préférant chaque fois des flots de paroles. Si bien qu'on se retrouve face à un récit bavard qui croit traiter plus de thèmes que sa mise en scène ne le peut. D'autant plus que les variations en termes de registre sont, à mon sens, totalement ratées, ce qui fait de la scène la plus violente du film un moment particulièrement abject (durant lequel les réactions des spectateurs m'ont franchement inquiété).
      2 février 2018 Voir la discussion...
  • Fildevo
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ La haine crache son sang sur Ebbing. Ne pas tomber dans le panneau. Sous les flammes, demeurent l'espoir et l'humour, et l'amour au-delà... ” — Fildevo 30 janvier 2018
    2 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré très beau! et très juste référence
      30 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Fildevo
      commentaire modéré merci @cath44, je l'attendais et j'ai pas été dèçu, un Harrelson subtil, McDormand égale à elle-même, Rockwell toujours impérial, et une alternance d'humour et d'émotion (parfois un peu tire-larmes facile)
      30 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Yohanes
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ De la profonde nécessité de la colère, bâtir la route d'un possible éclaircissement. De ça, se recolleront peut-être les brisures du coeur. ” — Yohanes 1 février 2018
    4 commentaires
    • Yohanes
      commentaire modéré Moral non, la colère n'apporte aucun bienfait ici évidemment mais elle n'a pas d'autre choix que de s'exprimer, c'est ce qui permet à la mère de trouver la force de se battre. Est-ce que je cautionne les actes qui en découle ? Non. Est-ce que je la comprend ? Infiniment. @jolafrite
      1 février 2018 Voir la discussion...
    • jolafrite
      commentaire modéré Je la comprend mais j'aurais du mal à dire qu'elle est nécessaire. Dans le film, elle est parfois montrée comme assez vaine, même pas apte à défouler. J'aime bien cette ambiguïté du film.
      1 février 2018 Voir la discussion...
    • Yohanes
      commentaire modéré Je ne trouve pas la colère vaine, la violence qui en découle oui, parfois. Je trouve la colère nécessaire ici parce qu'elle permet de susciter des réactions. Nécessaire parce qu'elle permet ici à la mère de tenir encore debout, c'est un moteur pour elle. Nécessaire parce je sais pas ce qui en aurait été sans elle. C'est vraiment comme ça que je l'ai perçue. @jolafrite
      1 février 2018 Voir la discussion...
  • ginlange
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Quand un territoire de violences se retrouve face à ses erreurs, pour enfin les accepter, et comprendre l'autre. Théâtre dense, juste, grand ” — ginlange 19 janvier 2018
    3 commentaires
  • Owl_
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Au sud de nulle part s'égare et fulmine un bouquet de nerfs corrodant ; une larme acérée, inscrite et ébène dans un bois cramoisi. ” — Owl_ 6 février 2018
    Commenter
  • Polo42
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Scénario brillant, casting fantastique, propos efficace, histoire bouleversante, mais il y a ce manque d'un peu de vertige dans la m-e-s... ” — Polo42 25 janvier 2018
    11 commentaires
    • Gotrek
      commentaire modéré @Sanium Parce que je suis facilement impressionnable donc ici même l'absence d'émotion m’émouvra.
      30 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Sanium
      commentaire modéré @Gotrek Je le suis aussi ! C'est pas tant un manque d'émotion en fait, elle est là. Sauf que pour moi elle ne s'exprime pas vraiment à cause de cette ultra technicité. Le film a les défauts de ses qualités, en somme. Après j'ai mis 4/5 donc c'est de la pinaille, ça reste excellent encore une fois.
      30 janvier 2018 Voir la discussion...
    • fancine
      commentaire modéré @Gotrek Il y'a de l'émotion mais si jamais tu pleure tes larmes seront de qualité
      30 janvier 2018 Voir la discussion...
  • WeOwnTheNight
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ En bon dialoguiste Mc Donagh annote le petit lexique des Coen, surligne le cynisme mais rature l’immobilisme, comme un appel à l'apaisement. ” — WeOwnTheNight 16 mars 2018
    2 commentaires
    • WeOwnTheNight
      commentaire modéré En effet, chez les Coen Bro' les personnages sont inlassablement enfermés mentalement dans leur travers, leur médiocrité ou surtout dans leur infortune, telle l'infaillible loi de Murphy. Mc Donagh prend une autre route, celles des variations comportementales, pour faire de ses archétypes de personnages des entités prêtes à accepter/subir les évolutions, tout ça sous l'effet de la Mère dont la colère inflexible amènera la remise en question de son entourage et de sa ville. Une subtile variation des thèmes coeniens donc, aidée par un formidable sens du dialogue. On regrettera un propos parfois limite réac' (que la fin ne permet pas de tout à fait annihiler), un cynisme très appuyé, des personnages parfois sous-développés. On saluera la belle réflexion sur ces 50 Nuances de haine et de préjugés, cette Amérique trumpiste qui peine à se regarder en face
      16 mars 2018 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré @WeOwnTheNight comme tu le dis dans ton commentaire, à la différence des Coen, tous les personnages se transforment, par la morale et la réflexion, et non pas par des raclées.
      16 mars 2018 Voir la discussion...
  • Thumb
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Sur la route de la rédemption, la peur mène à la colère, laissant derrière elle une légère fumée teintée d’espoir. No country for old women. ” — Thumb 31 mars 2018
    6 commentaires
  • Jylm33
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Sous la caméra inspirée de McDonagh, 3 billboards se révèle à la fois drôle, poignant, profond, porté par un casting éblouissant. Brillant! ” — Jylm33 29 janvier 2018
    Commenter
  • TrueCine
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ 3 Billboards fait de McDonagh un réalisateur majeur, dont le style mélancolique et décalé rappelle les plus grandes heures des Coen. ” — TrueCine 22 janvier 2018
    2 commentaires
    • fancine
      commentaire modéré Mais ce qui est beau c'est qu'il se demarque complétement des Coen il a son propre style son propre univers et ses propres obsession
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • fancine
      commentaire modéré les nains par exemple
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
  • clemo
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Par un tour de passe-passe dégueulasse, McDonagh fait des hommes blancs racistes et misogynes des victimes, en excusant leurs actes. Gerbant ” — clemo 13 février 2018
    24 commentaires
    • clemo
      commentaire modéré @xzerep @Scronchh @Yohanes Je ne rentre pas trop dans le débat Coen et Lynch, que je connais très mal. Pour expliciter un peu ma MC et ce que j'ai avancé dans mes premiers commentaires, pour moi le fait qu'on découvre dans le flashback que c'est Muriel qui est responsable de la mort de sa fille, puisqu’elle a refusé de lui prêter la voiture, c'est quand même un joli moment de misogynie. Les multiples retournements tendent à montrer qu'au final, dans chaque salaud sommeille un brave type. Ce que montre très bien la fin quand Muriel, après avoir passé près de 2h à assouvir sa vendetta, s'acoquine avec Dixon en qui elle semble trouver des qualités. Donc le cocktail "on est des salauds" + "pas de condamnation sur des actes franchement abjects sur des minorités" + "rédemption finale" = pas pour moi. J'aurais été d'accord avec tout ce qui a été dit par vos soins plus haut si dans la dernière partie du film, le point de vue adopté n'était pas celui de Dixon. L'adoption du point de vue d'un personnage, c'est la manipulation n°1 du spectateur. Et c'est pas nouveau, et cela ne se limite pas qu'au cinéma. Camus, "L'étranger" ?
      19 février 2018 Voir la discussion...
    • Yohanes
      commentaire modéré Nous ne sommes visiblement pas d'accord sur ce film, argumenter davantage ne servirait à rien, j'ai dit tout ce que j'avais à dire plus haut et en dire davantage nous ferais très certainement tourner en rond. Ceci dit c'était tout de même intéressant d'avoir ton point de vue. Nous nous retrouverons peut-être sur un autre fil. Bonne soirée à toi @clemo !
      19 février 2018 Voir la discussion...
    • Scronchh
      commentaire modéré C'est clair que tout débat s'annonce compliqué lol
      19 février 2018 Voir la discussion...
  • Ariane92
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Sur les panneaux d'un deuil inachevé s'écrit le combat d'une mère enragée. Au cœur du Missouri, s'embrasent tous les feux de l'âme humaine. ” — Ariane92 26 janvier 2018
    9 commentaires
  • juliano3169
    Sa note :
    3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance “ Ne pas tomber dans le panneau de la haine et étouffer les flammes de sa colère intérieure. L'âme agonisante, arrêter son désir de vengeance. ” — juliano3169 19 janvier 2018
    Commenter

Casting de 3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance

Infos sur 3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance

Réalisé par Martin McDonagh
Écrit par Martin McDonagh


États-Unis - 1h50
Titre original : Three Billboards Outside Ebbing, Missouri
Sortie le 17 janvier 2018

Synopsis

Suite au meurtre de sa fille, une femme déclare la guerre à la police raciste et corrompue de sa ville.

Films similaires à 3 Billboards, les Panneaux de la Vengeance

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -