Y Télérama aime beaucoup
L'Homme qui aimait les femmes
(1977)
un film de
Télérama aime beaucoup Y
Satisfaction communauté 86%
L'Homme qui aimait les femmes

L'Homme qui aimait les femmes

(1977)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 86%
  • 455 notes
  • 174 veulent le voir

Micro-critique star (fcyannou) :
fcyannou
Sa note :
L'Homme qui aimait les femmes “ Les mots pleuvent, les jambes défilent, livre et film font corps pour faire honneur à celui de la femme. Truffaut, la classe. ” — fcyannou 25 février 2012
Commenter
  • ianov
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Corps impatient, malade d'une obsession reine, fétichiste passionné ne fuyant qu'une chose, l'ombre portée de la mère : Mr François Truffaut ” — ianov 9 juin 2017
    15 commentaires
  • cath44
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Autoportrait d’un amoureux de l’éternel féminin. Dans l’éphémère chorégraphie de la conquête se détache l’ombre fragile de la mère. ” — cath44 17 juillet 2015
    3 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré MC plusieurs fois effacée et réécrite...Truffaut ne fait pas partie de mon TOP 50 réalisateurs et j'aurais aim"! Un manque de MC sans doute , que je vais tenter de réparer. Pour ce film, vu plusieurs fois , j'ai aimé cet éloge à l’amour « pour toutes les femmes », où Truffaut noue ensemble les mots et les émotions. Il traduit la quête insatiable d’un idéal de la femme, idéal toujours perdu et toujours à retrouver. Contrairement à Don Juan, ce personnage aime sincèrement toutes celles qui croisent sa route, il les aime non pour lui-même mais pour ce qu’elles sont …cela même si cet amour est éphémère. La quête de ce personnage d'un idéal féminin donnant sens à sa vie, se trouve sans doute dans la féminité au sens large. J’avais lu à plusieurs reprises, que ce portrait plutôt tendre et joyeux de « L'Homme qui aimait les femmes incarné par Denner, était une sorte d’alter ego de Truffaut. Dans le portrait multiple de la femme, il apparaît que « c’est la recherche d’une figure maternelle absente et aimante »
      17 juillet 2015 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré Et c'est l'incroyable Denner
      18 juillet 2015 Voir la discussion...
    • gillou107
      commentaire modéré tres psychanalyse , le commentaire ,mais tres vrai .
      20 juillet 2015 Voir la discussion...
  • marivaudage
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ autoportrait donjuanesque et donc désespéré à la gloire des femmes, le film traite aussi magnifiquement du processus de création littéraire ” — marivaudage 19 juillet 2011
    20 commentaires
    • IMtheRookie
      commentaire modéré @juliendg disons que le film parle du statut de star ce qui dans le cas de Julia Roberts correspond à 80% de son métier d'actrice.
      19 juillet 2011 Voir la discussion...
    • remi542
      commentaire modéré Il y a aussi Adaptation.
      Providence (de Resnais pas la série...)
      19 juillet 2011 Voir la discussion...
    • remi542
      commentaire modéré La fleur de mon secret
      19 juillet 2011 Voir la discussion...
  • fcyannou
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Les mots pleuvent, les jambes défilent, livre et film font corps pour faire honneur à celui de la femme. Truffaut, la classe. ” — fcyannou 25 février 2012
    Commenter
  • Fujee
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Les 2 sujets les plus passionnants de l'univers que sont les femmes et l'écriture, traités par le maître, ça ne pouvait qu'être magnifique. ” — Fujee 19 mai 2015
    Commenter
  • Joe_Shelby
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Portrait d'un être désabusé, solitaire mais fidèle à ses désirs d'expériences sexuelles, amoureuses tel l'éternel enfant littéraire du coeur ” — Joe_Shelby 16 mai 2016
    1 commentaire
  • Bosco
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Voix, plumage, œil de corbeau : Denner ! Il aime si sérieusement les femmes ce chercheur montpelliérain peu donjuanesque ! Il les attendrit ” — Bosco 7 décembre 2017
    9 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré @Metaju J'adore parcourir tes commentaires et ce faisant observer ce que tu écris sur ton front...
      7 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré Je suis tombée par hasard ce matin (en voiture) sur Europe 1 ou quelqu'un de très avisé lisait de très beaux passages de "Lolita", excusait la gamine provocatrice de 12 ans (elle ne se rendait pas compte) et traitait l'homme de salopard. Certes ... et cependant quand je vois les gamines de mon collège draguer les surveillants, je ne peux m'empêcher de penser qu'elles y vont fort et que quelque part l'éducation a fait défaut. Où je veux en venir ? Je ne sais pas trop bien. Pour sûr, nous sommes en train de changer d'époque. Va-t-on interdire Nabokov ?
      8 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @Anna_K Il y a bien des chances que cela arrive. Après une époque de très large ouverture dans l'après 68, il y a un retour de balancier depuis les années quatre-vingt-dix qui s'est amorcé aux Etats Unis. L'intéressant, c'est que ce mouvement n'est pas conduit par les anciens bien-pensants mais par les nouveaux, qui (bien entendu ne se perçoivent pas comme tels et) se positionnent sur l'autre bord politique. Ce sont eux aujourd'hui qui se sentent obligés (Ah l vent de l'histoire, quand tu nous pousses, qui te résisterait ?) de jouer les pères et les mères la morale, avec cette caractéristique du temps cependant que, avant de passer à la menace, à la condamnation ou à l'insulte, très souvent, ils commencent par vous chanter leurs sermons sur un air d'ironie. C'est tout le charme faux cool mais vrai faux-cul de l'époque qui nous traverse plus que nous la traversons. De toute façon la subtilité de Nabokov, sa ductilité en écriture, sa cuture d'héritier, en font un suspect éminent. La moralogie d'aujourd'hui qui remplit l'espace abandonné largement par les idéologies politiques d'hier, pas plus que ces dernières, ne tolère pas les facéties de l’esprit et, notamment, celui de nuance.
      8 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Suzanneastic
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Un anti héros aussi subjuguant que son film, dosage merveilleux d'humour, de sensualité, d'amour et de cynisme. Classe et succulent. ” — Suzanneastic 16 août 2014
    Commenter
  • cancou
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Une porte ouverte sur le vaste labyrinthe des relations. Avec une approche toute en suggestion, Truffaut nous touche délicatement. ” — cancou 5 avril 2017
    1 commentaire
  • Marion_L
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Hymne aux femmes,aux amours qu'elles provoquent,aux désirs qu'elles suggèrent,aux envies qu'elles immiscent dans leurs manières d'exister. ” — Marion_L 25 décembre 2015
    2 commentaires
  • Torrebenn
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Les femmes qui murmuraient à l'oreille de l'Homme escortent son coeur dans un corps à corps, les jambes à son cou ... ” — Torrebenn 4 novembre 2014
    5 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré @Torrebenn je vois ....« Les jambes de femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie. »avait dit Truffaut
      4 novembre 2014 Voir la discussion...
    • Torrebenn
      commentaire modéré @cath44 Oui, réplique-phare du film !
      4 novembre 2014 Voir la discussion...
    • Torrebenn
      commentaire modéré @elge J'ai évidemment adoré Charles Denner (et son sosie enfantin !). Comment pourrait-il en être autrement ?!
      Je poursuis ma découverte de Truffaut ...
      5 novembre 2014 Voir la discussion...
  • georges.b1
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Le plus introspectif et mélancolique film de T‚ la passion obsessionnelle et autodestructrice d’un "serial seducer"‚ le triomphe du fantasme ” — georges.b1 21 avril 2016
    2 commentaires
  • rom50
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ La langue française et la femme ont en commun une profondeur tant inestimée que lorsqu'il semble être atteint, l'idéal est remis en question ” — rom50 22 septembre 2017
    Commenter
  • tomsias
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Je n'y vois qu'un complaisant traité autorisant les hommes à se montrer libidineux. Denner me révulse autant que Truffaut. C'est dire. ” — tomsias 25 janvier 2013
    8 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré Très honnêtement, je trouve que tu te trompes en long, en large et en travers sur le propos.
      Cette façon de faire de cette monomanie quelque chose de sain, de cette fêlure, quelque chose qui palpite, de cette marginalité, l'expression d'envies et de tourments universels, de toutes ces femmes, une cartographies des désirs qui nous meuvent, de tout ceci émane une grande santé, de la beauté, de la joie mêlée à la tristesse.
      La vie quoi.
      14 juin 2013 Voir la discussion...
    • MaximMarkovitchBlondovski
      commentaire modéré Je crois que tout le propos de Truffaut dans ce film, c'est justement le contenu de votre discussion. Quelle est la différence entre un séducteur invétéré et un obsédé compulsif? Aucune. En revanche, ce qui distingue l'amoureux du malade pervers, c'est la place accordée au libre arbitre de la femme. Avant tout, Brenner se place entre les mains de ses "proies", et non l'inverse. Jamais le personnage ne s'oppose au désir d'une de ses femmes. Jamais. Et cela fait toute la différence.
      4 septembre 2013 Voir la discussion...
    • MaximMarkovitchBlondovski
      commentaire modéré Ma critique, je crois, résume cette idée.
      4 septembre 2013 Voir la discussion...
  • Springbank
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ La preuve s'il en fallait que les femmes sont le poumon du cinéma truffaldien. Denner, petit veinard... ” — Springbank 21 juin 2015
    Commenter
  • elge
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Derrière le déroulé du générique de fin: livres et jambes de femmes. C'est "l'empreinte" de Truffaut: le cinéma, la littérature, la femme. ” — elge 16 août 2011
    Commenter
  • PatateMasquee
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Entre Romantisme et cynisme,la recherche de la boussole et du compas qui donnerons son équilibre et son harmonie à Bertrand ” — PatateMasquee 17 mai 2016
    3 commentaires
    • PatateMasquee
      commentaire modéré si l'on veut raconter l'histoire d'un homme, il faut raconter celle des femmes de sa vie, de la mère autoritaire, à l'éditrice complice, Truffaut cherche à compléter la mozaique de femme et de comportement face à elle.
      17 mai 2016 Voir la discussion...
    • PatateMasquee
      commentaire modéré La voix chaleureuse de Denner permet d'adoucir le propos qui pourrait paraître l'oeuvre d'un malade, mais on est pas dans l’ambiguïté de Shame, sur la maladie (obsession ou névrose ou n'importe quel diagnostic que vous voulez effectuer), on est sur l’ambiguïté de l'Amour, aime t-il tout ces femmes ? est-il incapable d'aimer ? n'a t-il juste pas trouvé "la bonne" ?
      17 mai 2016 Voir la discussion...
    • PatateMasquee
      commentaire modéré "Tu es incroyable, non seulement tu refuses d’aimer, mais tu ne veux pas qu’on t’aime. Tu crois que tu aimes l’amour, mais ce n’est pas vrai. Tu aimes l’idée de l’amour." que dire de plus ...
      17 mai 2016 Voir la discussion...
  • Calypso_Lhyne
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Les voix-off sont au cinéma ce que les parenthèses sont à la littérature : des murmures, des anecdotes, ce qui fait fleurir le silence. ” — Calypso_Lhyne 19 juin 2017
    2 commentaires
  • MaximMarkovitchBlondovski
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Ténue la frontière entre le séducteur et le voyeur, le regard qui séduit et le regard qui voit, celui qui réchauffe et celui qui refroidit.  ” — MaximMarkovitchBlondovski 3 septembre 2013
    1 commentaire
    • spider19
      commentaire modéré Lyrique. Lis nos critiques en les soutenant aussi
      3 septembre 2013 Voir la discussion...
  • IMtheRookie
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Beau manifeste à la gloire des femmes et du cinéma qui, grosso-modo, sont la même chose. ” — IMtheRookie 21 juin 2011
    Commenter
  • Radek411
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Truffaut rend hommage aux femmes, à leurs singularités et leurs individualités dans un film qui reflète la passion de toute une vie. ” — Radek411 20 juillet 2013
    Commenter
  • Zepequeno
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Nous, hommes, sommes vus comme les bourreaux de la gente féminine, mais ce sont bien leurs compas qui feront toujours de nous des victimes. ” — Zepequeno 23 mars 2014
    1 commentaire
    • Bosco
      commentaire modéré Dans ce film, fort heureusement, on respire l'air d'un autre temps, à des années lumière du nôtre qui dans certaines matières est devenu irrespirable.
      7 décembre 2017 Voir la discussion...
  • PiarviRecherreen
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ François Truffaut, un bon conteur plutôt qu'un grand cinéaste ? ” — PiarviRecherreen 31 juillet 2014
    5 commentaires
    • elge
      commentaire modéré D'une certaine manière, Truffaut a fait le parcours inverse de Godard ... Truffaut, de la rébellion à la bourgeoisie, et Godard de la bourgeoisie à la rebellion permanente... Ils se sont rencontrés au mileux de leur parcours, de sont reconnus un temps, puis se sont fachés
      31 juillet 2014 Voir la discussion...
    • elge
      commentaire modéré mmfff il faut lire "... au milieu..." (pardon pour les fautes de frappe)
      31 juillet 2014 Voir la discussion...
    • PiarviRecherreen
      commentaire modéré @elge Oui, je crois que je préfère la démarche de Godard en fait, toujours essayer d'aller plus loin dans l'expérimentation et la destruction des codes, quitte à perdre le grand public en route. Celle de Truffaut semble aller vers la recherche d'un certain classicisme cinématographique qui m'attire moins.
      31 juillet 2014 Voir la discussion...
  • Nicoskc
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ L'attrape-coeurs poursuit les chimères féminines dans l'escalier de l'expérience. Un compas ne suffirait pas à en mesurer sa portée. ” — Nicoskc 6 novembre 2016
    Commenter
  • Bakou9
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ On ne peut pas faire l'amour toute la journée, c'est pour cela que l'on a inventé le cinéma et François Truffaut en particulier. ” — Bakou9 25 janvier 2015
    1 commentaire
    • Marion_L
      commentaire modéré Cette phrase m'a aussi marquée !! Très belle réécriture de la réplique !
      25 décembre 2015 Voir la discussion...
  • Alx
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ J'ai appris à aborder les femmes dans la rue grâce à Bertrand. Il parle aux femmes comme si sa vie en dépendait..parce que sa vie en dépend. ” — Alx 20 juillet 2011
    Commenter
  • Pompon
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ J'aime les filles de chez Truffaut, " des magazines, " intellectuelles, " qui me font marrer, " dans l'embarras, " de cinéma. ” — Pompon 24 mai 2015
    Commenter
  • quentincreuzet
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ L'un des films les plus personnels et pourtant tellement universel pour cette homme qui aimait les femmes. Magnifique Truffaut. ” — quentincreuzet 2 janvier 2014
    Commenter
  • DartsOfPleasure
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ Truffaut/Bertrand se réclame moderne, redéfini la masculinité. Le propos est ultra essentialiste, loin du féminisme. Néomacho. Ouch... Raté. ” — DartsOfPleasure 28 mars 2012
    3 commentaires
    • Radek411
      commentaire modéré J'arrive longtemps après la bataille, mais : "Le propos est ultra essentialiste", faut qu'on m'explique.
      17 juillet 2013 Voir la discussion...
    • DartsOfPleasure
      commentaire modéré Truffaut avec ce film souhaite faire un hommage aux femmes par l'intermédiaire d'un double masculin moderne (sensible et non viriliste) Bertrand. Il défini "les femmes" comme une "espèce" en soi qui serait gouverné par des règles naturelles et universelles.
      19 juillet 2013 Voir la discussion...
    • Radek411
      commentaire modéré Je vois ce que tu veux dire, en fait. Et j'ai réfléchis à quelque chose de similaire après mon visionnage de ce film.

      Dans mon esprit, c'est assez différent : effectivement, Bertrand est amoureux de "la femme" mais on se rend vite compte qu'il les individualise toutes, au cours de sa vie : il ne voit pas les femmes comme une seule et même entité propre à satisfaire ses désirs, mais plus comme autant d'entité dont il a besoin pour vivre. Et c'est peut-être sur ce point que je doute que ce film ait un propos essentialiste : pour toutes les femmes jamais l'essence précède l'existence et c'est de même pour Bertrand.

      Je n'irai pas jusqu'à dire que ce film est fondamentalement existentialiste ce n'est pas son propos, mais par de nombreux aspects, de nombreux indices, je persiste à penser qu'il s'éloigne beaucoup de toute pensée essentialiste.
      19 juillet 2013 Voir la discussion...
  • kerg
    Sa note :
    L'Homme qui aimait les femmes “ La voix rugueuse de Denner et la passion de Truffaut nous offre la plus belle déclaration d'amour que l'on puisse faire à la gente féminine. ” — kerg 16 décembre 2013
    Commenter

Casting de L'Homme qui aimait les femmes

Infos sur L'Homme qui aimait les femmes

Réalisé par François Truffaut
Écrit par Michel Fermaud, Suzanne Schiffman et François Truffaut


France - 1h54 - Drame, Comédie
Sortie le 27 avril 1977

Synopsis

Bertrand est autant amoureux des femmes que de l'idée même de la femme. Pour lui, toutes les femmes sont uniques et irremplaçables. Elles sont à la fois l'oeuvre de sa vie, son inspiration artistique et la cause de sa mort. Une passion qu'il résume par ces mots : "les jambes de femmes sont des compas qui arpentent le globe terrestre en tous sens, lui donnant son équilibre et son harmonie".


Films similaires à L'Homme qui aimait les femmes

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -