U Télérama aime passionnément
La Comtesse aux pieds nus
(1954) Télérama aime passionnément U
Satisfaction communauté 81%
La Comtesse aux pieds nus

La Comtesse aux pieds nus

(1954)
Ce qu'en pense la communauté
  • 81%
  • 272 notes
  • 111 veulent le voir

Micro-critique star (ianov) :
ianov
Sa note :
La Comtesse aux pieds nus “ Ava en son mausolée, brisée de trop aimer, sublime de pureté et d'imagination. Mais bien souvent la pauvre humanité n'en a guère...Déchirant ” — ianov 13 mai 2015
4 commentaires
  • cath44
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Funeste destin d’une Cendrillon à la beauté inaccessible.Dans la prison du désir et de l’illusion, la fêlure de ne pouvoir être aimée. ” — cath44 7 juillet 2014
    2 commentaires
    • louetdad
      commentaire modéré joli et juste comme toujours !
      10 juillet 2014 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @louetdad oh merci ...je viens juste de voir ton commentaire en faisant défiler ceux d'aujourd'hui , comme il y a un bug avec les notifs ...
      10 juillet 2014 Voir la discussion...
  • ianov
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Ava en son mausolée, brisée de trop aimer, sublime de pureté et d'imagination. Mais bien souvent la pauvre humanité n'en a guère...Déchirant ” — ianov 13 mai 2015
    4 commentaires
  • bredele
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Version amère de Cendrillon, construite sur un scénario qui hésite entre le conte de fées et la satire à travers la vie de la splendide Ava ” — bredele 28 juillet 2015
    2 commentaires
  • Nathanlemec
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Mankiewicz l'enchanteur. Portrait remémoré d'une étoile filante sur le boulevard du crépuscule. ” — Nathanlemec 5 juillet 2015
    4 commentaires
    • Nathanlemec
      commentaire modéré @cath44 merci. Un très grand Mankiewicz.
      7 juillet 2015 Voir la discussion...
    • MariaVargas
      commentaire modéré @Nathanlemec Tout à fait, par toutatis ! Je ne le dirai jamais assez ! Et je ne me moque pas : bravo pour cette belle mc nathanlemec
      21 juillet 2015 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré L'enchanteur, en effet. Et qui enchante sur la base de ce qui est donné comme un récit désenchanté ! (cf. mon commentaire à la MC d'@elge)
      1 septembre 2018 Voir la discussion...
  • elge
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Mankiewicz escamote le plus souvent le corps d’Ava Gardner. Un unique et merveilleux plan-séquence lui donnera la dignité de la chair. ” — elge 29 mai 2014
    9 commentaires
    • elge
      commentaire modéré Moi aussi je fonctionne à l'émotion; Uniquement ... ce qui est cool avec les DVD c'est qu'on peut revenir trés vite sur ce qui a suscité cette émotion pour comprendre. les cinéphiles des années 50 devaient venir voir 10 fois le film en salle pour ça !
      29 mai 2014 Voir la discussion...
    • Theus
      commentaire modéré Oui et très content d'être en 2014 pour revoir et revoir en dvd les films aimés. Pour la comtesse j'espère une édition blu ray...
      29 mai 2014 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @elge Très intéressantes tes remarques sur la comparaison des scènes de la gifle chevaleresque et parfaite observation de leurs montages respectifs. Tu as l’œil ! L’œil de l’aigle cinéphile. Cependant, pour la séquence introductive qui se déroule dans un cabaret madrilène, je ne suis pas sûr qu'il faille qualifier les spectateurs enthousiastes de la danse non vue par nous mais seulement par eux comme des voyeurs. Cela tout d'abord parce que dans ce cas tout spectateur enthousiaste d'une danse devrait être qualifié de voyeur (terme péjoratif) ce qui me paraît discutable, et ensuite parce que tous les spectateurs dans cette scène ne regardent pas la danseuse (le couple dépareillé en âge et ce qui semble être trois tapineuses attablées, l'une tricotante, notamment... mais on pourrait aussi parler du très jeune employé dévoré par le spectacle et serrant passionnément son plateau de service -un voyeur ?). Je crois que ce procédé a ici plutôt à voir avec le fait que ce film -qui, rappelons-le, parle du cinéma, et qui est raconté principalement par un scénariste- joue, précisément sur l'idée (fausse bien entendu puisqu'il s'agit d'un film) qu'il ne nous montre pas une star de cinéma (un être construit par artifices), mais une star dans sa vie (un être exceptionnel et lui "réel"). Ce film ne serait donc pas vraiment film donc. La Comtesse aux pieds nus (et c’est une grande partie de l’histoire du cinéma : les films jouent les uns par rapport aux autres, s’édifient sur eux) surenchérissant sur la base de ce "paradoxe" (un artifice scénaristique visant à retourner l'idée d'artifices scénaristiques, de filmage et de communication de presse...) veut édifier une statue canonique de femme plus convaincante, plus dense, plus vraiment semi-divine (cf. la statue) que toutes les image artificieuses dressées jusque-là par le cinéma starisant. Et il y parvient ! Bref, il me semble que l’un des enjeux majeurs et réussi du film -ce qui donc en fait un grand film- est de construire une légende sur une anti légende (un dévoilement de la réalité non aperçue par les spectateurs attentifs mais qui nous est donné à voir à nous spectateurs du "vrai film vrai" : La Comtesse aux pieds nus). A cette idée s’ajoute celle du jeu sur Cendrillon, le conte, (là encore, un jeu de fausse opposition mythe/réalité), et celle d’un récit construit sur la perception d'une vie par trois témoins (là encore insistance sur les regards et non ce qui est vu) : le scénariste-metteur en scène (!), l’assistant producteur et le comte italien. Ces trois procédés structurent et signent le film. Du reste, rappelons-nous que lors de la première séquence, nous voyons la danseuse et non la danse* comme, tout au long du film, nous verrons l’actrice -et les hommages rendus par la foule à la nouvelle star apparue dans le firmament d’Hollywood- mais nous ne verrons jamais rien de ces films… Tout cela, me semble-t-il, est conçu pour renforcer le propos essentiel de La Comtesse aux pieds nus : édifier un « mythe » (une statue) sur la base d’une « démystification » (du réel et du conte : le rapport pieds nus/comtesse). C’est le comble de la tromperie, mais c’est, comme le mentir vrai de la haute littérature, le procédé magique du grand art ! Et c’est ce qui fait de ce film un vrai grand film. Un grand film non sur son sujet prétexte et dramatique magnifiquement traité : la vie et mort d’une femme belle, profondément belle et belle de toutes les manières, mais un film sur ce qu’est au fond le cinéma.
      *Nous la verrons un peu danser plus tard et malheureusement dans l’épisode du camp gitan, car tu l’as bien dit, cette scène est peu réussie -comme quoi par comparaison toujours avec la danse flamenca introductive, le regard des autres peut être plus irradiant sur une scène que la scène elle-même !
      1 septembre 2018 Voir la discussion...
  • MariaVargas
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Maria : la liberté de la femme incarnée ! Une vision sublimée de l’amour également : un modèle à suivre... et suivi... ” — MariaVargas 15 juillet 2015
    3 commentaires
  • TaoChess
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Producteurs rapaces, Stars en détresse, mascarade mondaine... Mankiewicz astique la féerie hollywoodienne dans le technicolor de l'aigreur. ” — TaoChess 3 juin 2016
    Commenter
  • Bosco
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ «Poussière, tu retourneras à la poussière», en passant par les étoiles... La vie est un conte défait où le cinéma érige de sublimes statues. ” — Bosco 1 septembre 2018
    4 commentaires
    • elge
      commentaire modéré Quand je vois la la scène de "Gilda" je vois un mélange de sophistication (beauté irréelle de Rita Hayworth, robe fourreau, et cette chevelure !...) et de vulgarité (danse un peu amateure, paroles de la chanson...). Avec Maria Vargas "escamotée", c'est en effet la même chose... mais dans les yeux des spectateurs : mélange de fantasme et de sordide voyeurisme.
      2 septembre 2018 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @elge Héhé, nous ne voyons pas tout-à-fait la même chose. Et c'est bien normal : ce ne sont que des apparences !
      2 septembre 2018 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @elge Je te parle de mythes, de ton côté, tu parles de sordide, de vulgarité. Tu insistes sur ce point avec raison. Ce qui est vrai, c'est qu'en époque moderne, démocratique, bourgeoise, petite-bourgeoise, etc., on ne peut plus traiter directement de rois, de reines, de princesses ou de princes ou encore de chevaliers comme le faisaient les troubadours. Cela relève déjà depuis quelques siècles au domaine du conte pour enfants, se cantonne au cinéma dans les productions à la Walt-Disney -et encore de Walt Disney première époque ! Donc la féerie, cet écho de l'enchantement mystique, se déguise (et c’est ce paradoxe qu’il faut saisir) en contre-mythe : « Je vous montre une moderne Cendrillon, mais dans notre monde, où il n'y a plus de princes qui lui feront beaucoup d'enfants, Cendrillon ne peut pas vivre.», ou encore : « je vous montre des reines, princesses, comtesses, mais qui en ont l’âme mais pas le titre ; elles sont tout au contraire des gens d’en bas ; elles ne se promènent pas, entourées d’oiseaux, de papillons et de servantes, dans des jardins parfumés, mais se produisent dans des cabarets. Et ce ne sont pas des pures âmes ; elles ont un corps -corps qui a ses exigences. Ce ne sont pas des vierges. Elles sont vivantes. Elles sont de flammes. Ce monde est en effet sordide, vulgaire et plein de vie. Mais voilà que justement -magie du cinéma et pourquoi nous y allons !- ces êtres de poussière sont aussi des étoiles qui brillent dans nos yeux, au plus profond de nos âmes ! Le cinéma dresse une statue -il divinise comme le faisaient les Romains après la mort de leurs empereurs-, mais en insistant en plan rapproché sur le fait que cette divinité ne porte ni chaussures en cristal ni simples sandales, mais a les pieds nus d’une gitane. La Comtesse aux pieds dans la poussière par ailleurs est un film américain, d’une Amérique fascinée par l’Europe, qui se sait héritière de ses mythes mais qui est très critique à l’égard de cet ancien monde que ses fondateurs ont fuit et qu’elle considère comme décadente. (Mankiewiks se moque d’une jet set semi-aristocratique parée d’un roi sans trône qui se sait clownesque ; le dernier représentant vraiment chevaleresque de cette aristocratie s’avère être encore plus impuissant que le Roi Arthur… ) Certes Mankiewiks se montre aussi très critique vis-à-vis d’une Amérique arrogante dominée par l’argent, mais cette Amérique, elle, tout-à-fait démocratique, est très puissante ; elle configure le monde, en reconstruit les mythes, les adapte à notre temps. Souvent vulgairement, ce qui n’est pas le cas ici, elle redessine la carte du ciel sur laquelle nous nous guidons.
      2 septembre 2018 Voir la discussion...
  • georges.b1
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Dès le départ, la tragédie est plantée. Par une multiplicité des narrations, les choeurs vont nous conter la veulerie d'un monde impitoyable ” — georges.b1 1 août 2011
    Commenter
  • Theus
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Cendrillon prend les traits d'une des plus belles femmes fatale du monde mais nous rappelle que le prince charmant n'existe pas... ” — Theus 18 février 2014
    1 commentaire
  • Anna_K
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Aussi somptueuse soit Ava Gardner, cette 'Cenicienta" hollywoodienne laisse un goût de cendre en bouche. La mariée était trop belle ... ” — Anna_K 29 août 2018
    3 commentaires
    • bredele
      commentaire modéré je l'ai revu cet été et j'ai été un peu déçu
      29 août 2018 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @bredele J'en avais un tel souvenir que j'ai mis quatre étoiles ce qui est sans doute beaucoup ? La fin, dont je ne me souvenais pas (sic) m'a mise très mal à l'aise.
      29 août 2018 Voir la discussion...
    • georges.b1
      commentaire modéré @Anna_K On attend avec impatience les nouvelles Mc !
      il y a 7 jours Voir la discussion...
  • Ju_
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ La vie c'est cette atroce marâtre, qui brise le soulier de verre pour éviter toute fin heureuse. Déchirant conte de fée désabusé. ” — Ju_ 19 mai 2016
    Commenter
  • Lucalumette
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ La Comtesse nous montre les affres de l'amour avec une amertume infinie et Mankiewicz est un directeur d'acteurs formidable. ” — Lucalumette 8 octobre 2014
    Commenter
  • dr-jaws
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Évocation pleine de mélancolie de la vie d'une ''princesse'' portée aux nues, elle qui n'aspirait qu'à trouver son prince charmant. ” — dr-jaws 2 mai 2015
    Commenter
  • Kronan
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Tragédie sous les projecteurs. La fatigue Bogart face à la flamme Gardner. Sous le ciel bleu, l'étoile se consume mais la vie continue. ” — Kronan 20 avril 2015
    Commenter
  • StarLord
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Fortune et gloire en forme de cage dorée pour une poupée aux lèvres rouges déracinée. Mank sublime Gardner avant de lui redonner sa liberté. ” — StarLord 27 février 2017
    Commenter
  • wham1978
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Conte de fée amer et moderne tout en jeux de miroirs fascinants, chant funèbre et œuvre secrète et complexe, ce film éblouit de maestria. ” — wham1978 10 février 2014
    Commenter
  • youliseas
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Dans l'envers de Hollywood, les scénarios sont moins beaux et parfaits, sans héros ni éclat ; que des êtres apeurés par leur vulnérabilité. ” — youliseas 3 mars 2015
    Commenter
  • itachi
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Une "Cenicienta" dont les fêlures permettent au génial Mankiewicz de dresser une galerie de personnages fascinants. Novocaïne for the soul ! ” — itachi 7 septembre 2014
    Commenter
  • CinemAtrium
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Autour de la stèle de l’icône aux pieds d'argile, il faut joindre les bouts du rêve de gloire narrant malgré lui une triste, fatale réalité. ” — CinemAtrium 7 février 2016
    Commenter
  • sullivan
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Il était une fois Mankiewicz. Il tombe amoureux de son personnage & préfère la voir tuée par un prince inverti que lui échapper. AllAboutAva ” — sullivan 26 mai 2016
    1 commentaire
    • Bosco
      commentaire modéré Il ne me semble pas que le comte italien soit un inverti, mais qu'il soit plutôt un homme privé par la guerre de certains de ses attributs.
      1 septembre 2018 Voir la discussion...
  • Pompon
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ De la poussière à la lumière, la comtesse s'envole vers les rêves étoilés et foule la vie avec grâce et élégance. ” — Pompon 5 juillet 2016
    Commenter
  • thibaultd
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ L'élégance narrative et esthétique de Mankiewicz érige l'actrice en icône et lui offre une tragédie à la hauteur de son aura. ” — thibaultd 9 septembre 2016
    Commenter
  • cinevu
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ et puis la grâce, l’intelligence, la finesse… ” — cinevu 13 janvier 2016
    Commenter
  • Torrebenn
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ A mes yeux, ce film souffre terriblement d'un récit en voix-off inutile et d'une chronologie éclatée qui n'était pas nécessaire. ” — Torrebenn 24 mars 2012
    Commenter
  • AchilleDubuffant
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Parfois cité comme le meilleur de son auteur, qui a pourtant commis quelques chefs-d’œuvre, le film est une romance mièvre et sirupeuse. ” — AchilleDubuffant 20 octobre 2015
    3 commentaires
    • bredele
      commentaire modéré C'est un scénario qui hésite entre le conte de fées et la satire à travers une enquête, façon Citizen Kane, et qui repose aussi sur la beauté d'Ava @MariaVargas ne va pas être contente.
      20 octobre 2015 Voir la discussion...
    • AchilleDubuffant
      commentaire modéré Moui, @bredele, je ne sais pas trop pourquoi j'ai eu beaucoup de mal. J'ai trouvé les dialogues ridicules et faux, j'ai pas cru à leur histoire d'amour, bref... Ava Gardner est belle, d'accord, bon.
      20 octobre 2015 Voir la discussion...
    • MariaVargas
      commentaire modéré @AchilleDubuffant @bredele c'est l'histoire d'une femme en quête d'absolu !
      25 octobre 2015 Voir la discussion...
  • JeromeVigliano
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Comme dans Pandora, toujours avec Ava, la même chose surnaturelle et étoilée se passe avec ce film, quelque chose qui fait les grands films. ” — JeromeVigliano 28 octobre 2016
    Commenter
  • WillValmontcine
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Dans la classe des films anthologiques sur le mythe Hollywood, machine à rêves et à fantasmes. Le plus beau rôle de Gardner assurément. ” — WillValmontcine 13 avril 2016
    Commenter
  • Hedgehog
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Il y a bien sûr "Bogie" au sommet de sa gloire et la rayonnante A Gardner, Cendrillon perdue dans la jungle hollywoodienne, et pourtant... ” — Hedgehog 6 janvier 2018
    Commenter
  • Boschomy
    Sa note :
    La Comtesse aux pieds nus “ Mankiewicz renoue avec les démons d’Eve aux termes d’une interminable révérence amoureuse à l’allure surfaite. Cruel manque de perspective. ” — Boschomy 16 octobre 2016
    Commenter

Casting de La Comtesse aux pieds nus

Infos sur La Comtesse aux pieds nus

Réalisé par Joseph L. Mankiewicz
Écrit par Joseph L. Mankiewicz


États-Unis, Italie - 2h04 - Drame
Titre original : The Barefoot Contessa
Sortie le 1 janvier 1954

Synopsis

A l'enterrement de Maria Vargas, sous la pluie, Harry Dawes se souvient...Engagé par le producteur Kirk Edwards pour réaliser un film, ils découvrent leur vedette un soir dans un cabaret de Madrid: Maria Vargas. La danseuse devient alors Maria Vargas, une star hollywoodienne adulée. Mais celle-ci se sent terriblement seule et rêve de rencontrer son prince charmant. Elle finit par le trouver sous les traits du conte Vincenzo Torlano-Favrini, un séduisant milliardaire. Ils se marient, mais Vincenzo cache un terrible secret...

Films similaires à La Comtesse aux pieds nus

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -