Mon Oncle d'Amérique
(1980)
un film de
85% Taux de satisfaction
Mon Oncle d'Amérique

Mon Oncle d'Amérique

(1980)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 85%
  • 280 notes
  • 3,77 moyenne

Micro-critique star (TaoChess) :
TaoChess
(à propos de Mon Oncle d'Amérique)
Sa note :
Mon Oncle d'Amérique “ Génialissime film didactique. Mériterait d'être vu par tous ceux qui marchent à quatre pattes le matin, deux le midi, et trois le soir. ” — TaoChess 21 juillet 2011
Commenter
  • zephsk
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Strates, vagues, limon : sédimentation du cinéma dans l'imaginaire, paléontologie du cœur. La Géologie de la Morale.  ” — zephsk 2 avril 2013
    10 commentaires
  • TaoChess
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Génialissime film didactique. Mériterait d'être vu par tous ceux qui marchent à quatre pattes le matin, deux le midi, et trois le soir. ” — TaoChess 21 juillet 2011
    Commenter
  • Apocalypse12
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ À la thèse didactique, Resnais restitue une singularité tragique, substituant à nos sentiments des images de cinéma. Sémantique du cœur. ” — Apocalypse12 29 octobre 2015
    Commenter
  • Airone
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Du nécessaire au contingent, la vacance morale de l’être s'abolit à l’aveu de sa propre volonté de puissance. L’enfer, c’est les autres. ” — Airone 6 novembre 2015
    3 commentaires
    • youliseas
      commentaire modéré Et le paradis aussi !
      25 mai 2016 Voir la discussion...
    • Airone
      commentaire modéré @youliseas Tout dépend, mais le mot de Sartre l'implique plus ou moins !
      26 mai 2016 Voir la discussion...
    • youliseas
      commentaire modéré @Airone Oui, mais je pensais surtout à ce que le film impliquait. En tout cas en le regardant j'ai aussi pensé à la phrase de Sartre, mais avec l'addendum de mon commentaire précédent.
      26 mai 2016 Voir la discussion...
  • jolafrite
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ “ Nous sommes tous des petites souris et nous voir ainsi disséqués par Resnais est à la fois ludique et terrifiant. ” ” — jolafrite 2 mars 2014
    Commenter
  • Antonio
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Dès que je prends le pouvoir, j'instaure des lourdes peines de prison pour absence d'humour et condescendance ” — Antonio 26 janvier 2014
    15 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré :) Je dois ENCORE faire à manger, je répondrai à ce long texte CONCIS très rapidement. ;)
      29 janvier 2014 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré Alors @Antonio, oui la conclusion est peut être un peu maladroite, mais reconnais que le reste est d'une vivacité extraordinaire ! Faire valser des êtres humains sous les traits de rats de laboratoire (voir à ce propos le bestiaire de Nietzsche) avec des extraits de films, c'est fabuleux. Chercher ce qui est souterrain dans ce qui paraît libre et souverain, à travers les épaisseurs du vivant, quelle aventure vertigineuse et passionnante ! Chercher au fond de soi ce qui nous anime est une entreprise éminemment nietzschéenne. Ensuite la réflexion de Laborit, pour quelque scientiste qu'elle soit, fait parfaitement écho à celle de Nietzsche, à propos du libre-arbitre et du ressentiment. Dans les deux cas, il y a affirmation de la volonté de dominer comme préalable, qui doit se transformer en volonté de créer (Éternel Retour) et non contre soi ou -par suite- contre l'autre (ressentiment chez Nietzsche, maladie psychosomatiques ou agressivité chez Laborit.)
      Laborit est avant tout neurobiologiste, on ne peut pas lui reprocher de faire du scientisme. Il ne fait pas de morale, il dit ce qui est et ce qui risque d'advenir. Après, je le répète, Laborit n'est pas Nietzsche,loin de là, il y a simplement de nombreux échos à sa philosophie. En ce qui concerne Resnais, on ne peut pas lui reprocher un quelconque ressentiment ou une "faiblesse", cet homme qui transforme tout en or, qui cherche partout le beau, qui expérimente, avec cœur, avec joie, esprit et raffinement. Rien n'est jamais "pesant" chez Resnais, jamais il ne rumine, toujours il sublime : il n'a jamais fait le même film.
      Enfin, tu dis que "ce n'est pas la compréhension du cerveau qui empêchera les gens dans la merde de faire des choses pas bien pour s’en sortir." Peut-être, mais si on fait ce reproche à Laborit, il faut aussi le faire à Nietzsche.
      Soit on le lit Nietzsche comme un simple observateur, soit on le lit comme un moraliste. Et dans ce dernier cas, il y a fort à parier que ses observations sont aussi des encouragements à plus de hauteur. C'est bien pour ça qu'il y a une "généalogie" chez Nietzsche : la morale et la conscience ont gagné, il faut faire avec.
      29 janvier 2014 Voir la discussion...
    • Antonio
      commentaire modéré Ah merci @zephsk c’est beaucoup mieux et j’admets être convaincu sur le lien avec Nietzsche. Tu as raison, sur le ressentiment et le libre arbitre, ça colle parfaitement. En revanche « chercher au fond de soi ce qui nous anime » ce n’est pas particulièrement Nietzschéen, c’est juste de l’introspection, Platon en a fait (Connais-toi toi-même), ma mère en fait (tests de personnalité dans Causette). Et on ne peut pas reprocher la même chose à Nietzsche et à Laborit, car Nietzsche n’a jamais dit qu’il fallait propager la connaissance du cerveau (me semble-t-il).
      Pour revenir au film, ton argument « Resnais est un dieu, on ne critique pas un dieu », ça c’est pas bien, ça ne fait pas avancer le schmilblick. Et je reconnais bien volontiers qu’il fait du bon boulot, « mon oncle » est un film réussi formellement. Mais la solidité du bonhomme est pour moi une circonstance aggravante. je lui reproche de s’être fait embobiner par Laborit. Si ça avait été Uwe Boll ou Christophe Gans, c’était pas la même.
      Oui, je suis d’accord avec toi : Resnais transforme tout en or (enfin plutôt en quelque chose qui brille), même la merde ! La merde en l’occurrence, c’est Laborit. C’est pour ça que j’évoquais l'aspect "propagande" : diffuser largement par des procédés affectifs un dogme qui se veut scientifique.
      Si l’on s’intéresse au propos et non pas à la forme, ce n’est pas seulement la fin du film qui est limite, c’est l’ensemble.
      Il y a deux catégories de propos qui me dérangent dans le film : les crétins et les condescendants (et superfétatoires).
      Exemple de propos crétin : « oui alors tu vois les cancers, les ulcères, les calculs rénaux et bien c’est parce que t’es pas bien dans ta life, man ». Faut faire attention quand même, ce n’est pas prouvé scientifiquement que la majorité des maladies viennent de là, mais le film le laisse entendre. J’imagine notre Moi Président national « Bon les p’tits loups, j’ai parlé avec Laborit, on va fusionner l’éducation et la santé, fini les préventions anti-tabac, ça coûte cher et c’est chiant. On va mettre un cours obligatoire pour tous les nenfants « connais ton cerveau », ça va nous boucher vite fait le trou de la sécu. Et distribuez moi des clopes à la sortie de l’école, y seront moins stressés et on fait de la bonne maille sur les paquets »
      Exemple de propos condescendant (et superfétatoire) : la tentative de suicide de Gégé. Le mystère du geste de Gégé enfin expliqué, grâce à l’intervention décisive de Papy Laborit. Rappel des faits : le jour même où ses patrons lui annoncent qu’ils vont le mettre au choix : au placard ou à la rue, et ce malgré 20 ans de dévouement et de sacrifices, Gégé avait été retrouvé pendu avec sa cravate dans sa chambre d’hôtel à Cholet. Impossible de comprendre le geste de cette force de la nature, marié avec deux charmants enfants qu’il ne voit jamais à cause de son travail. Alors que la police privilégiait la thèse dite de « David Carradine », Papy Laborit a apporté, grâce à sa connaissance du cerveau, un éclairage nouveau sur l’affaire : il s’agirait d’une tentative de suicide. « Bac +2 les enfants, c’est ça la puissance intellectuelle », a déclaré Laborit à la fin de sa démonstration.

      Y a d'ailleurs des mecs qui avaient braillé à ce sujet à la sortie du film, d'après ce que j'ai vu sur le web.

      Te souhaitant une bonne popote,
      30 janvier 2014 Voir la discussion...
  • elge
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Fuir, lutter, accepter. Reptilien, limbique, néocortex. Rat, humain, acteur. Garcia, Depardieu, Pierre. Etude des équations à 3 inconnues. ” — elge 30 octobre 2015
    Commenter
  • Joe_Shelby
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Examen clinique du rapport de "domination" s'instaurant entre 2 êtres (3 classes sociales étudiés comme rats de laboratoire). Caricatural. ” — Joe_Shelby 31 octobre 2015
    8 commentaires
    • Metaju
      commentaire modéré @Joe_Shelby Donc, pour résumer, tu dis que Resnais part d'une bonne intention (populariser une théorie scientifique), mais que le résultat est un peu balourd et limité, ou tu penses que c'est malhonnête et volontairement restrictif ? Sinon, quid du film dans sa forme ?
      31 octobre 2015 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Metaju C'est volontairement restrictif. Partir d'un point de vue c'est bien mais s'y cantonner comme vérité universelle, je n'adhère pas. Sur la forme, c'est du Resnais donc c'est bien construit, mis en scène etc... Seul gros bémol (mais vu que je ne l'aime pas ça n'aide pas) Gérard Depardieu, qui beugle comme une vache, et nous sort encore son artillerie de vulgarités grossières.
      31 octobre 2015 Voir la discussion...
    • Metaju
      commentaire modéré @Joe_Shelby C'est peut-être dû à un peu de naïveté de la part de Resnais. L'expérience était récente, et peut-être s'est-il emballé un peu vite. Enfin, je n'en sais rien. C'est peut-être tout à fait malhonnête. Comme je le disais, je n'ai pas vu le film, mais je voulais comprendre ce que tu disais. C'est chose faite. Enfin, non, il reste un mystère : vu le mal que tu dis du film, pourquoi cette note ?
      31 octobre 2015 Voir la discussion...
  • lebateausobre
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Glissant, avec chic, du naturalisme scientifique au naturalisme stylistique, cette faramineuse dissertation flamboie par sa fluidité. ” — lebateausobre 19 août 2012
    4 commentaires
    • lebateausobre
      commentaire modéré @zephsk
      19 août 2012 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré Oui, je comprends. C'est une stricte illustration de l’œuvre d'Henry Laborit, dont la rigueur scientifique repose sur une observation clinique, froide, une sorte d'entomologie du sentiment. Je trouve assez remarquable que Resnais arrive à en tirer de la poésie justement, notamment avec les inserts de vieux films ou les rats (et le montage bien entendu.) C'est peut-être plus un film de philosophe que de littéraire.
      19 août 2012 Voir la discussion...
    • lebateausobre
      commentaire modéré Les inserts de vieux films sont peut-être ce que j'ai préféré.
      19 août 2012 Voir la discussion...
  • Erelle
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ De ce mets cinématographique on peut dire qu'il est délicieusement cruel et amoureusement humain. Mise en abîme troublante. ” — Erelle 8 avril 2016
    Commenter
  • REDACTED
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Si le couple Resnais/Laborit fonctionne, c'est parce que le premier monte superbement, et non sans ironie, le deuxième : feu d'artifice(s). ” — REDACTED 3 novembre 2015
    Commenter
  • rom50
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Du labor(i)toire scientifique au cerveau humain régissant les comportements, Resnais rappelle par la démonstration que l'homme est un animal ” — rom50 15 mai 2016
    Commenter
  • georges.b1
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Une œuvre d’imagination et aussi une recherche expérimentale‚ R nous révèle le sésame biologique de nos agissements‚ d'une ironie mordante ! ” — georges.b1 15 septembre 2015
    Commenter
  • Torrebenn
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Chaque cinéphile étant structurellement différent de son voisin, il est donc foncièrement impossible d'anticiper ses goûts et de les juger. ” — Torrebenn 8 mars 2016
    6 commentaires
  • theOldpc
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Forcer le destin et les déterminismes, mettre de l'art dans son inconscient et conserver l'utopie. Maîtrise du tragique à en mourir. ” — theOldpc 30 juillet 2014
    6 commentaires
    • Torrebenn
      commentaire modéré @theOldpc Je l'ai trouvé cucul ... J'ai été déçu.
      2 août 2014 Voir la discussion...
    • theOldpc
      commentaire modéré @Torrebenn Je manque peut être d'objectivité sur Cocteau après, j'ai bossé sur lui toute l'année en mémoire personnel, certaines de ses oeuvres me touchent particulièrement et je rehausse peut être un peu celle-ci inconsciemment. Mais je ne pense pas ;)
      4 août 2014 Voir la discussion...
    • Torrebenn
      commentaire modéré @theOldpc D'autres de ses films m'agréent davantage.
      14 août 2014 Voir la discussion...
  • bredele
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Film habilement construit, mais tellement didactique, que toute intensité dramatique s'effondre. Reste l'intelligence du propos. ” — bredele 27 septembre 2016
    Commenter
  • Hal9000
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Mélodrame épique, kaléidoscopique, anthropologique. La démonstration est brillante, l'interprétation lumineuse. Et émouvante. Essentiel. ” — Hal9000 3 décembre 2011
    Commenter
  • hugo
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Le dispositif didactique proposé par Resnais me paraît assez superficiel, la triple intrigue croisée se serait peut-être suffie à elle-même. ” — hugo 11 novembre 2013
    5 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré Pas le fil rouge ? C'est la plus belle illustration de sa pensée.
      11 novembre 2013 Voir la discussion...
    • juliendg
      commentaire modéré Putain mec ta nouvelle moustache est magnifique.
      11 novembre 2013 Voir la discussion...
    • hugo
      commentaire modéré Moustachement parlant, je pense que JP Marielle est insurpassable.
      11 novembre 2013 Voir la discussion...
  • ChrisBeney
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Quand je revois "Mon oncle d'Amérique", je me demande combien de fois Terrence Malick l'a vu avant de s'attaquer à "Tree of Life" ” — ChrisBeney 29 mars 2015
    Commenter
  • Nathanlemec
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Cinéma sans science n'est que ruine de l'âme, surement le film le plus désespéré de l'Oncle Alain et le plus abouti.  ” — Nathanlemec 4 décembre 2013
    Commenter
  • WillValmontcine
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ La philosophie rendu ludique et attrayante par une Resnais très réflexif. Huit plans finaux pour résumer la place de l'homme en société. ” — WillValmontcine 14 novembre 2015
    2 commentaires
    • Metaju
      commentaire modéré Je ne l'ai pas vu, mais il me semble qu'il s'agit plus de neurosciences que de philosophie, non ?
      14 novembre 2015 Voir la discussion...
    • WillValmontcine
      commentaire modéré @Metaju le film aborde le thème de la place dans la société et sa part d’individualité dans la communauté. C'est très philosophique au final.
      14 novembre 2015 Voir la discussion...
  • Scattered
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ un espace de cinéma où tatonne le spectateur avant d'y habiter. Le montage tisse un réseau synaptique entre représentation et caché. ” — Scattered 5 mars 2014
    Commenter
  • ElmerHunter
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Des souris et des hommes. ” — ElmerHunter 2 avril 2013
    Commenter
  • Fildevo
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Dans ce film hommage à la science et au cinéma, Resnais, ce savant fou, analyse nos comportements avec des souris et acteurs de laboratoire ” — Fildevo 28 septembre 2016
    Commenter
  • Cladthom
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Insupportable démonstration bête et ridicule d'un propos bête et ridicule. ” — Cladthom 30 janvier 2014
    3 commentaires
    • LuxLucis
      commentaire modéré rime riche!
      30 janvier 2014 Voir la discussion...
    • Cladthom
      commentaire modéré c'est complètement gavant ce truc, j'avais presque envie de couper au bout de 5 minutes avec cette voix off.
      J'avais presque l'impression d'être devant un guy debord.
      30 janvier 2014 Voir la discussion...
    • Antonio
      commentaire modéré Ouf je me sens moins seul !
      30 janvier 2014 Voir la discussion...
  • youliseas
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Constellation de 3 destins autant qu'entomologie d'animaux politiques de laboratoire : pour être libre, il faut connaître ses déterminismes. ” — youliseas 25 mai 2016
    Commenter
  • Fandedurendal
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Une oeuvre rare, intelligente et passionnante ou .Ou comment conjuguer la forme la plus expérimentale avec l’émotion pure. ” — Fandedurendal 18 février 2016
    Commenter
  • alexandremathis
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Etonnant comme Resnais décuple son mélo en le guidant par l'analyse du fonctionnement humain et de la vie en société. ” — alexandremathis 3 décembre 2013
    Commenter
  • Mathrouzaud
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Grand film de sciences humaines à la plume lucide, Mon Oncle d'Amérique se destine intelligemment à vulgariser l'essence du cœur de l'homme ” — Mathrouzaud 2 octobre 2016
    Commenter
  • TeddyDevisme
    (à propos de Mon Oncle d'Amérique)
    Sa note :
    Mon Oncle d'Amérique “ Enfermé dans la cage de la mécanique sociétale, l'homme ne peut fuir. Il doit lutter. Anthropologie du coeur, dissection du comportement. ” — TeddyDevisme 5 mars 2014
    Commenter

Casting de Mon Oncle d'Amérique

Infos sur Mon Oncle d'Amérique

Réalisé par Alain Resnais
Écrit par Jean Gruault


France - 2h05 - Drame, Comédie
Titre original : Mon oncle d'Amérique
Sortie le 21 mai 1980
Compétition officielle au Festival de Cannes 1980

Synopsis

Le professeur Laborit part de l'exemple de trois destinées pour illustrer ses théories scientifiques sur le comportement humain.

Films similaires à Mon Oncle d'Amérique

Listes thématiques
    Vodkaster © 2007-2016 - Tous droits réservés - 2 
    Qui sommes-nous ? - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Vodkaster recrute ! - Mentions légales -