The Square
(2017)
un film de
Satisfaction communauté 56%
The Square

The Square

(2017)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 56%
  • 316 notes
  • 85 veulent le voir

Micro-critique star (blacktide) :
blacktide
(à propos de The Square)
Sa note :
The Square “ Dans la quadrature du non-sens, Östlund abstractise la géométrie sociale par le décalage du geste: les racines des maux sont-elles carrées ? ” — blacktide 18 octobre 2017
12 commentaires
  • blacktide
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Dans la quadrature du non-sens, Östlund abstractise la géométrie sociale par le décalage du geste: les racines des maux sont-elles carrées ? ” — blacktide 18 octobre 2017
    12 commentaires
    • blacktide
      commentaire modéré @HamletGB Merci beaucoup ;-) Le film se laisse, à mon humble avis, apprécier dans sa totalité même si sur la fin, j'ai trouvé que la conclusion aurait pu être plus rapide sans pour autant gêner le rythme...
      12 novembre 2017 Voir la discussion...
    • tonton_bernard
      commentaire modéré Magnifique MC et commentaire qui conforte parfaitement mon impression à la sortie du ciné =)
      21 novembre 2017 Voir la discussion...
    • blacktide
      commentaire modéré @tonton_bernard Merci beaucoup ;-)
      21 novembre 2017 Voir la discussion...
  • cath44
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Bûcher des vanités où explosent citoyenneté et lien social. Dans son caustique sanctuaire Östlund épingle l’hypocrisie contemporaine. ” — cath44 25 octobre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui. Mais, par-delà la simple hypocrisie (qui est de tous les temps) il vise un monde spécifique, celui de la haute bourgeoisie contemporaine avec ses codes, son infini conformisme, sa prétention grotesque à la "rébellion" (alors qu'elle est l'un des piliers idéologiques du Système).
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
  • ianov
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Nouvelle capitale des enfers ou tour de Babel, l’Östlund thérapie enfonce un clou dans le beurre. Reste la jouissance à rire de ce même mal! ” — ianov 13 novembre 2017
    10 commentaires
    • ianov
      commentaire modéré @Bosco..du lot pas du lit...ouh la la Monsieur Freud si tu m'écoutes!!
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @ianov cueilli au pied du lol ! :) Tu as lu mes commentaires ici et sous ma MC et tu vois bien que ce qu'il filme et sa manière de filmer (malgré leur totale adéquation qui est pour moi la marque de l'excellence cinématographique) ne me comble pas totalement moi non plus. Qui pourrait se satisfaire d'un cinéaste qui ne filme que la fausse vie, même si cela est comme, on dit aujourd’hui, nécessaire, même donc s'il le fait avec un talent inouï ? Oui, on l'a dit et on le répétera en boucle, il est troublant, gênant, frustrant. Östlund est un dandy provocateur. Mais rien n'est gratuit chez lui contrairement à ce que ceux qui n'ont rien vu de ce qu'il montrait dans ce film ont cru devoir y voir.
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
    • ianov
      commentaire modéré @Bosco Tout a fait d'accord!! Et mention spéciale au singe, le vrai, là j'avoue j'y suis resté! Suivi de l'excellente scène du préservatif Régalant! Allez j'en ai encore parlé ce matin dans le train née vois bien que moi aussi tout ça m'a passionné, comme.notre discussion d'ailleurs À bientôt sur d'autres films à coup sûr!!!
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Bosco
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ "C’est le penseur de Rodin prenant la pose sur l’urinoir de Duchamp." Comment se fait-il que personne n’ait déjà pensé à rédiger cette MC ? ” — Bosco 13 novembre 2017
    10 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré @Vilaboa C'est un dandy lucide et sportif (et l'on saisit par là en quoi il se rapproche et s'éloigne de Houellebecq). Bien sûr, il voit beaucoup de choses comme Baudrillard, qu'il connaît sans doute. C'est un toqué de sciences sociales. Sa mère enseignante pratiquait en classe sur lui et ses condisciples des expériences de psychologie sociale, type tests de Solomon Asch. A mon avis il les pratique même un peu trop. Il place ses acteurs dans des situations sociales comme des rats dans un labyrinthe, mais il le fait avec un vrai génie cinématographique. Dieu qu'il sait bien filmer ! On le dit moraliste, il prétend ne faire que des expériences. Un dandy donc. Il filme gaiement le simulacre, la vie fausse. Saura-t-il un jour filmer la vraie vie ? Croit-il du reste qu'il y a une vraie vie ? J'espère qu'il ne donne pas dans le mauvais nihilisme -à supposer qu'il y en ait un bon.
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
    • georges.b1
      commentaire modéré @Bosco Non c'est typiquement un cinéaste postmoderne (comme Lanthimos d'ailleurs) on ne le verra jamais faire un film comme "Rome ville ouverte" par exemple. Alors qu'un Pasolini était capable de faire "Théorème" mais aussi "Mamma Roma" !
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @georges.b1 Postmoderne certainement. Comme Lanthinos - et Lars von Triers aussi sans doute. Serions-nous rentrés dans la post vie où ne régnerait plus que le spectacle de la vie simulée, de la vie fausse ? Je ne le crois pas. Postmoderne, Andreï Zviaguintsev, par exemple, l'est aussi, et aussi noires qu'il les montre, il sait filmer de vraies vies soumises à ce temps. Ces vies, il les montre comme (radicalement) faussées, pas comme des vies fausses. Peut-être Zviaguintsev n’est-il pas un postmoderne comme tu l’entends. Peut-être est-il un cinéaste (magnifiquement) classique filmant la postmodernité tandis qu’Östlund, Lanthinos et quelques autres filmeraient, eux, de manière postmoderne la postmodernité (celle-ci serait donc plus encore une question de forme que d’objet). Cette objection est à méditer. Merci pour ta remarque.
      22 novembre 2017 Voir la discussion...
  • jolafrite
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Satire attendue mais cocasse qui flingue notre (mauvaise) conscience. On peut s'énerver contre le moraliste tout en saluant le cinéaste. ” — jolafrite 21 octobre 2017
    8 commentaires
    • jolafrite
      commentaire modéré @Vilaboa Ca fait un peu près un siècle qu'on se moque de l'art contemporain. Je ne dis pas qu'on n'a pas le droit d'en faire une satire mais il faut essayer d'innover. Le combo "on ne voit pas ce que ça a d'artistique/on pourrait le (re)faire nous même/allons au cocktail plutôt", c'est lassant. Par contre, il y a des choses nouvelles ici sur le sujet. Sur la difficulté de vendre l'art contemporain avec les outils du marketing moderne. Cette partie est assez intriguante. Et puis, il y a la super scène de la conférence de presse avec la performance involontaire de la personne atteinte du Gilles de la Tourre
      15 novembre 2017 Voir la discussion...
    • jolafrite
      commentaire modéré @Vilaboa Je continue. Et puis, il y a la super scène de la conférence de presse avec la performance involontaire de la personne atteinte du Gilles de la Tourrette. L'artiste confronté à une expression pathologique très spectaculaire. Ca m'a beaucoup fait rire. Par contre, dans la scène de la performance de l'homme singe, je trouve que le discours n'est plus sur l'art contemporain mais vraiment sur les rapports humains en général. Une sorte de parenthèse bizarre, qui doit beaucoup au charisme de Terry Notary mais dont la morale (résumée dans mon premier commentaire) m'a agacé.
      15 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @jolafrite En effet le film d'Öltsund ne porte pas tant sur l'art contemporain -ou du moins sur ses formes institutionnalisées (promues et valorisées par les instances d'édification culturelle)- que sur les comportements de nos contemporains. Ce qu’observe et nous montre Östlund, ce sont leurs réactions dans des situations qui notamment éprouvent, ("questionnent" comme l'on dit aujourd'hui) les valeurs que la société actuelle leur a inculquées et dont ils se croient sincèrement les porteurs. Cet art contemporain, art qui ne croit qu’aux contextes et ne jure que par les déconstructions, s'exprime en installations et performances. La scène de l'homme-singe a donc parfaitement sa place dans l'économie du film. Si elle détonne, et elle détonne en effet, c'est que, sans pour autant tomber comme un cheveu dans la soupe (on sent bien qu’elle est essentielle), elle ne s'inscrit pas parfaitement dans le fil narratif du film. Cela tient aux procédés de narration, notamment de montage, utilisés par Östlund. Le cinéaste suédois, par ailleurs metteur en scène de théâtre, est un monteur de tableaux, un montreur de scènes (en cela héritier d’un autre Suédois que j’apprécie peu pour ma part : Roy Andersson). Des scènes qui sont -et cela est typiquement östlundien- des champs d'expérimentation. La suprême ironie de ce film qui s'en prend à notre société (et par là à la réalité de nos âmes, pour parler plus pompier) en l'attaquant par le biais de l'art contemporain, c'est qu’il use avec maestria, et jusque dans les premières de ses projections, des techniques de l'installation et des procédés de la performance provocatrice. Visiblement, cela n'interroge pas tout le monde, mais ça en dérange beaucoup. Chapeau l'artiste !
      15 novembre 2017 Voir la discussion...
  • ChrisBeney
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Oeuvre d'art et étude sociologique sur nos contradictions d'Européen, dont on est alternativement le spectateur épaté et le cobaye effrayé ” — ChrisBeney 18 juillet 2017
    2 commentaires
    • Fujee
      commentaire modéré OUI
      4 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Je ne dirais pas "nos" contradictions : ce sont celles des "bobos" occidentaux, qui partout se ressemblent...
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Kikuchiyo
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Singeant l'auto-flagellation bourgeoise, sûr de sa supériorité, ricanant de tout, Östlund ressemble trop aux gros cons qu'il critique ! ” — Kikuchiyo 31 mai 2017
    4 commentaires
    • Emia
      commentaire modéré ... ni ne ricane !
      28 octobre 2017 Voir la discussion...
    • HamletGB
      commentaire modéré Je pense qu'il ne s'épargne pas lui-même de la critique. Qu'est-ce qui te fait penser cela?
      12 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Même s'il leur ressemble tant pis ! Il leur nuit et c'est l'essentiel...
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Satire mordante du monde de l’art et de sa fatuité‚ théâtre de cruautés et d’humiliations où les valeurs ne sont que des artefacts. Excitant ” — georges.b1 18 octobre 2017
    2 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui, merci.
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Un petit complément : ce n'est pas "l'art" en général mais précisément ce qu'il est convenu d'appeler l'AC ("art contemporain"). Le film démonte des attitudes et des ridicules qui n'appartiennent qu'à lui : le fait de chercher à surprendre et à choquer systématiquement (la scène de la "performance" où "l'artiste" fait la bête et harcèle les bourgeois intimidés) est ici bien croqué, le gag de la femme de ménage qui jette de l'objet d'art en le prenant pour ce qu'il est (un tas de poussière) sachant que cela arrive dans la réalité, les discours verbeux voire grotesques justifiant laborieusement des œuvres exposées (moins il y a de plaisir à les regarder, plus il faut les commenter), le fait de croire qu'il suffit de le vouloir pour qu'un objet quelconque devienne une "œuvre", tout cela pose de vrais problèmes, généralement occultés par une forte pression intellectuelle (qui se risque à les évoquer est considéré comme "un réac incapable de comprendre..."). Il y a donc du courage chez le metteur en scène !
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
  • LePetitPoulet
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Dans l'absurde réalité se façonne le mirage d'une jungle humaine, miroir d'une société marchant les yeux fermés face à l'horreur ordinaire. ” — LePetitPoulet 27 novembre 2017
    5 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré @LePetitPoulet Bien sûr, il y a, il y a eu et il y aura toujours des idéologies dominantes en termes d'idées religieuses, politiques morales ou mêmes comportementales, comme on le voit de plus en plus nettement aujourd'hui, : des bien-pensances et des bienséances. C'est un phénomène social inévitable. Elles sont des formes de ce phénomène que Durkheim désignait dans les termes de consensus social. Le problème que traite Östlund, c'est celui des rapports que l'individu entretient =réellement= avec elles quand il est confronté à une situation qui les éprouve : quand il est obligé de sortir des simples discours qui ont cours dans son milieu ou des propos qu'il tient à lui-même en mode courant. Bref quand il quitte la zone de pilotage automatique dans laquelle tout un chacun évolue habituellement. Östlund organise et filme des crash-test.
      28 novembre 2017 Voir la discussion...
    • LePetitPoulet
      commentaire modéré @Bosco C'est mon premier film du réalisateur mais j'ai pourtant l'impression que tu analyses, avec une précision remarquable, la méthodologie qu'il utilise, ce qui représente finalement la structure du film. Cette analyse est nécessaire pour comprendre les enjeux. Cependant, il me semble que ce film laisse libre cours à de nombreux degrés d'interprétation. Chaque séquence, chaque expérience regorge de détails, de symboles qui font la vraie force de ce film. De grandes idées dans un si petit carrée..
      29 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré Tu as parfaitement raison et c'est du reste pourquoi Östlund est un grand metteur en scène de cinéma et non pas simplement un documentariste (ce qu'il a d'ailleurs été avant de venir au cinéma en passant par la mise en scène en théâtres).
      29 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Gnothi_seauton
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Justice du buzz, confiance devenue art... La nouvelle exposition de la modernité Cannoise : l'homme est un singe pour l'homme. ” — Gnothi_seauton 29 novembre 2017
    2 commentaires
  • spider19
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Ruben offre aux spectateurs une exposition haut en couleur, en nous enfermant dans un cube sans échappatoire. Ne passez pas l'aspirateur. ” — spider19 29 juillet 2017
    4 commentaires
  • CinemAtrium
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Cache-cache avec les clichés, ce Pythagore où le catalogue des opinions chics peine à rester droit à l'angle, théorème déchiré à la racine. ” — CinemAtrium 29 octobre 2017
    Commenter
  • Sushi_Overdose
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Une comédie profonde sur la mesquinerie et l'irresponsabilité dans le monde de l'art contemporain. Les enfants sont les juges. ” — Sushi_Overdose 20 mai 2017
    3 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui. Mais plus peut-être que "la mesquinerie et l'irresponsabilité DANS le monde de l'art contemporain", c'est aussi l'art contemporain EN SOI qui est ici mis en cause. Un certain nombre de scènes présentent intelligemment ses obsessions (la nouveauté comme principe absolu, la volonté de surprendre et de choquer à tout prix), ses ridicules (le baratin obscur par lequel il cherche à se justifier pour compenser le plaisir qu'il ne donne pas), le mépris social qu'il porte en lui (le "peuple" n'y comprend rien) etc. Le metteur en scène fait preuve de courage, il faut le reconnaître !
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Sushi_Overdose
      commentaire modéré @Vilaboa : c'est vrai, mais j'avais 140 caractères et j'étais à Cannes, avec tout ce que cela implique sur l'écriture de micro-critiques, de fatigue et d'alcool dans le sang.
      15 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré @Sushi_Overdose Bien compris !
      15 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Jujulcactus
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Dense essai sur l'Homme et son évolution, "The Square" n'est jamais loin de tomber dans ce qu'il critique. Aussi pédant que fascinant. ” — Jujulcactus 5 septembre 2017
    2 commentaires
    • beret_vert
      commentaire modéré ça donne envie !
      5 septembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Est-ce vraiment "l'homme et son évolution" de manière très générale, ou plus précisément un certain type d'homme : le bourgeois occidental tardif, individualiste, moderne, libéral, snob et méprisant ?
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
  • OlivarDeLaCave
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Film étrange, parfois drôle, bénéficiant de deux excellents acteurs; The Square porte un regard acide sur les dérives de l'art contemporain. ” — OlivarDeLaCave 28 octobre 2017
    3 commentaires
    • OlivarDeLaCave
      commentaire modéré C'est ma centième Micro-Critique :D
      28 octobre 2017 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @OlivarDeLaCave félicitations ...et je partage ton avis sur le film (j'ai noté davantage )
      28 octobre 2017 Voir la discussion...
    • OlivarDeLaCave
      commentaire modéré @cath44 Pour moi le film a tout de même deux défauts. Le film fait 2H30 alors qu'il pourrait faire 1H50 ou 2H00. Le second défaut est l'histoire du gamin; certes ça apporte un côté social au film mais ça ne ralenti et étire plus le film qu'autre chose.
      28 octobre 2017 Voir la discussion...
  • Sanium
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Paradoxalement, The Square manque de cadre pour aiguiser ses fulgurants angles d'attaques mais surtout afin d'arrondir ses bonnes longueurs. ” — Sanium 18 octobre 2017
    Commenter
  • Thomas44
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Arrondir les angles d’une société individualiste et bien-pensante est une tentative vaine. Ce film de chocs et substantiel l’expose bien. ” — Thomas44 28 octobre 2017
    2 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré excellent!
      28 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré C'est vrai : il est inutile "d'arrondir ses angles", il faut la détruire en la mettant face à ses propres ridicules. Juste avant la Révolution française, la prédominance de l'aristocratie était déjà détruite dans les têtes par les moqueries de Beaumarchais. C'est souvent plus efficace que les attaques idéologiques directes...
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
  • matou24
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Dans la suffocation que provoque le Square, le rire châtie les hommes et leurs rapports aux autres : l'entreprenant Östlund brille à Cannes! ” — matou24 21 mai 2017
    Commenter
  • Thomaschry
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Étiré à outrance, TS gâche l'observation wisemanienne dégénérée de l'art contemporain par une suffisance qui le limite à un tunnel d'ironie. ” — Thomaschry 21 mai 2017
    Commenter
  • dr-jaws
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Un regard absurde sur l'Art absurde, égratignant férocement ce microcosme. La fête étant en partie gâchée par des intentions moralisatrices. ” — dr-jaws 29 novembre 2017
    2 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré Qu'est-ce qu'égratigner férocement, sinon dénoncer ? Et peut-on dénoncer sans avoir l'intention ou du moins sans avoir l'air de faire la morale ? Cela me paraît difficile. Et dès lors que l'on apprécierait l'égratignement, comment réprouver l'effet de cet égratignement dans ce qui peut bien effectivement apparaître comme une morale ? Dilemme très östlundien... De toute façon, Öslund vous expliquera que son propos n'est pas de faire la morale mais de filmer le comportement de contemporains emblématiques placés dans des situations qui bousculent le monde de valeurs dans lequel ils sont accoutumés à vivre. Son film sera donc présenté non comme un conte moral (ou moralisateur, i.e. exposant une morale que l'on n'apprécie pas), mais comme une mise en forme cinématographique d'observations tirées d'expériences vécues. Ce film a du moins un effet certain : il dérange, bouscule à son tour...
      29 novembre 2017 Voir la discussion...
    • dr-jaws
      commentaire modéré Réflexion intéressante. Et pour bousculer, le film bouscule ! Ce que je m'explique moins ce sont les petites histoires qui viennent se greffer autour de cette farce, comme la récupération des objets volés sous lettres de menaces et par conséquence ce gamin qui vient demander réparation - histoire qui trouvera sa finalité dans un discours un peu facile sur les préjugés des classes sociales. Ou encore bien la mise en avant permanente des mendiants face à tout ce déballage de richesse indécente, là aussi cela me semble facile de contre balancer ainsi... Mais c'est aussi la force du film, qui dérange autant qu'il interroge, et fait rire autant qu'il agace.
      29 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Nathanlemec
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Musée haut, musée bas. Une farce majeure qui brise la parfaite apparence des choses. ” — Nathanlemec 20 octobre 2017
    Commenter
  • belbeck
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Je l'ai aimé et pourtant je lui trouve 10 000 raisons de m'énerver ... The Square dérange, énerve, interroge, mais mène-t-il quelque part ? ” — belbeck 12 novembre 2017
    4 commentaires
    • belbeck
      commentaire modéré J'ai surtout la désagréable impression que, malgré tout, il reste ce dont il semble se moquer, c'est-à-dire, pour le dire crument, de "la branlette intellectuelle". Et c'est en ce sens que je me demande s'il mène quelque part, je me demande s'il n'est pas lui-même ce dont il semble se défier.
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Il mène quelque part : contribuer à ridiculiser les idoles dominantes, et donc, à terme, à permettre leur relève car tout a une fin !
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @belbeck Je vais reprendre laMC que j'avais écrite sur cefilm et y ajouter par la suite un commentaire. Je ne sais si tu y trouveras une réponse mais du moins auras-tu mon avis.
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Vilaboa
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Joyeuse démolition de la bourgeoisie "cultivée" et arrogante, se vautrant dans le non sens, et donneuse de leçons au "peuple" méprisé... ” — Vilaboa 13 novembre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Anecdote : la scène de la "performance d'artiste" (comme on dit dans ces milieux) montrant le public branché-chic du dîner de gala intimidé par la bête humaine jusqu'à ce que cela tourne mal, rappelle une scène réelle survenue aux Etats-Unis en 2015 où quelqu'un, dans un environnement d'art contemporain, a poignardé pour de bon un spectateur dans l'indifférence des autres qui croyaient assister à une "performance" très réaliste...
      13 novembre 2017 Voir la discussion...
  • cyril
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ ça ne tourne pas rond dans ce carré pourtant palmé dont l'enchainement de scènes parfois jubilatoires ne masque pas l'indigence du propos. ” — cyril 29 mai 2017
    3 commentaires
    • Fujee
      commentaire modéré Étonnant contraste entre ta mc qui semble négative et la note
      29 mai 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @Fujee En effet !
      21 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Pour moi, en parlant "d'indigence du propos", je ne viserai pas le film : je qualifierai ainsi le concentré de banalité hypocrite, occidentale et moderniste représenté par le texte inscrit symboliquement à l'intérieur du "square" (on dirait une proclamation de l'ONU, c'est tout dire...) et dont le film se moque à juste titre ! Ce film, lui, me paraît dense et courageux.
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
  • zephsk
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Östlund est un encore plus con que son homme-singe. ” — zephsk 24 mai 2017
    4 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré Ca ne veut rien dire la modernité
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Tu as raison, il faut préciser : j'entends ici par "modernité" l'idéologie actuellement dominante, mélange d'individualisme, de moralisme obsessionnel, de culte du déracinement et des valeurs marchandes, de libéralisme économique extrême, d'admiration inconditionnelle pour les Etats-Unis, de goût systématique pour le "nouveau" (quel que soit son contenu) etc. J'en oublie forcément, mais ça donne déjà une petite idée... On a le droit d'aimer, mais aussi celui de détester ! Et le film frappe juste !
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré @Vilaboa c'est un film crétin de proto-nazi
      15 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Ribo
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Chaque scène est comme une œuvre d'art contemporaine, simple au sens propre, mais pleine de sens, au figuré. ” — Ribo 24 octobre 2017
    2 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Le problème est que, souvent (pas toujours) l'œuvre d'art contemporaine se veut, fièrement, image du non-sens. Le film s'en moque allègrement et avec efficacité !
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Ribo
      commentaire modéré Bien d'accord, c'est pour ça qu'elle me parait simple dans le non-sens, mais pleine de sens au final dans ça critique!
      17 novembre 2017 Voir la discussion...
  • StarLord
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Ostlund creuse la thématique du malaise jusqu'à la rupture du lien social en une succession de vignettes. La curiosité l'emporte de peu... ” — StarLord 21 octobre 2017
    Commenter
  • ginlange
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Au milieu de la pièce, cette animalité si mal camouflée. D'un rire gêné à l'absurde réalité, un miroir sans tain d'une drôle de société. ” — ginlange 1 décembre 2017
    Commenter
  • fabs8
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Leçons de vie drôles et amères, dérangeantes quand la lâcheté s'en mêle. Une fois passé l'aspect rébarbatif du concept, une œuvre attachante ” — fabs8 28 octobre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré La "lâcheté" dont tu parles provient d'une pression idéologique forte générée par ce milieu, intellectuellement dominant (médias etc.) : qui ose le contester sera moqué comme "homme du passé", "incapable de comprendre les audaces et la nouveauté de l'art contemporain" etc. Mais un film comme celui-ci contribue à affaiblir les fausses évidences... A suivre donc...
      14 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Cottonmouth
    (à propos de The Square)
    Sa note :
    The Square “ Quand ça ne tourne plus rond, on entre dans le Square! Constat effrayant d'un monde qui va à sa perte, en privilégiant le moi et que le moi. ” — Cottonmouth 30 octobre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui. L'individualisme extrême est une caractéristique de la société libérale hyper moderne. Le film l'a bien vu et s'en moque. Mais tout a une fin : une idée doit aller jusqu'au bout d'elle même avant de s'épuiser et de laisser sa place...
      14 novembre 2017 Voir la discussion...

Casting de The Square

Infos sur The Square

Réalisé par Ruben Östlund
Écrit par Ruben Östlund


Allemagne, Danemark, Suède - 2h22
Sortie le 18 octobre 2017

Synopsis

Christian est un père divorcé qui aime consacrer du temps à ses deux enfants. Conservateur apprécié d'un musée d'art contemporain, il fait aussi partie de ces gens qui roulent en voiture électrique et soutiennent les grandes causes humanitaires. Il prépare sa prochaine exposition, intitulée "The Square", autour d'une installation incitant les visiteurs à l'altruisme et leur rappelant leur devoir à l'égard de leurs prochains. Mais il est parfois difficile de vivre en accord avec ses valeurs : quand Christian se fait voler son téléphone portable, sa réaction ne l'honore guère… Au même moment, l'agence de communication du musée lance une campagne surprenante pour The Square : l'accueil est totalement inattendu et plonge Christian dans une crise existentielle.

Films similaires à The Square

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -