L'auteur
Jérôme Dittmar
Jerome_Dittmar
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Jérôme Dittmar
Ma vie n'est pas...

La mort de la comédie romantique

Dossier | Par Jérôme Dittmar | Le 4 mai 2012 à 11h40

Avant qu'elle ne se définisse, la comédie romantique incarnait le summum de l'élégance. Aujourd'hui, à l'heure où l'on peut tout se dire, le genre a plongé dans la vulgarité. Sait-on encore seulement dire je t'aime au cinéma ?

Beaucoup croient que c'est un truc de filles, un peu comme les comédies musicales seraient un truc de gays. Que les « fabricants de comédie romantique » n'aient jamais caché viser un public féminin ne doit pourtant pas faire oublier que les jeux de l'amour ne connaissent pas les genres et encore moins que ses auteurs sont la plupart du temps des hommes. Parce qu'il n'y a pas de sujet plus important que celui des sentiments, on peut dire qu'il n'y a pas de plus grand cinéma que la comédie romantique. C'est le lieu de la rencontre idéale, l'espace-temps où l'être rompt avec sa solitude pour enfin voir le monde à deux. En tant que quête métaphysique par excellence, l'amour se devait d'être l'un des sujets favoris du cinéma.

Mais plus encore que l'amour, ses jeux sont un délice suprême qu'Hollywood a vite intégré pour créer la comédie romantique, mélange souvent subtil hérité de Marivaux ou Shakespeare. Il est difficile de dépouiller tout ce que l'Histoire a laissé, peut-être n'avons nous retenu que les meilleurs et que dans la masse reste nombre de navets. Mais il y a de la marge entre Rendez-vous de Lubitsch et Valentine's Day de Garry Marshall. Encore plus entre Elle et lui de McCarey et L'abominable vérité de Robert Luketic. De la marge sinon un monde, un écart fou qui pourrait se résumer par de la suprême élégance à la vulgarité absolue.

Quand Harry rencontra Sally

Les années trente de Lubitsch et McCarey furent une époque de raffinement et de débauche que le cinéma préférait traduire par les mots. Ceux qui ont fait vivre ces petits désordres amoureux sur grand écran étaient tous des érudits ou des hommes talentueux. Quelque soit leur style, ils conservaient une même pudeur et un goût pour l'esprit, seule manière aussi de déballer des déboires sentimentaux en contournant la censure. Si la comédie romantique disparut quasiment des écrans après Diamants sur canapé pour ressusciter dans les années 80 (première période rétro de l'Histoire), c'est au prix d'une mutation. Puisant dans son passé pour s'emparer des classiques et palier à des seventies où le libertinage avait échoué, la comédie romantique sert alors à se souvenir d'une époque où l'amour courtois semblait la norme. Les patrons d'antan sont ainsi décalqués ou réadaptés (parfois pour le meilleur : John Hughes, L.A Story, Un monde pour nous...) quand il ne s'agit pas de remake installant le bref règne de Norah Ephron.


Les projets de vie de Lloyd Dobler, extrait de Un monde pour nous

Mais si les films de Norah Ephron (Nuit blanche à Seattle, Vous avez un message) transforment McCarey et Lubitsch en guimauve neuneu servant d'écrin à la molle Meg Ryan, son scénario de Quand Harry rencontre Sally prépare le futur. Il va faire croire aux sentiments sans fausse pudeur, à une idée du couple sans tabous, dans la transparence, plus que jamais dans l'égalité des sexes. La presse féminine pose alors ses valises dans le genre. Quelques années plus tard HBO en fera son lit avec Sex and the City, poussant la romcom dans un monde où les filles disent tout de leur vie sexuelle, amoureuse ou quotidienne. Le gap n'est pas anodin et brise la perspective mystique des sentiments que renfermait encore des racines religieuses. Puisque la pudeur d'autrefois n'est plus, le cul devient un sujet idéal de l'être là (ici se retrouve le véritable héritage des 70's). On perd alors en universalisme ce qu'on gagne en égoïsme. En quelques années parler bite et vagin est devenu un signe de liberté

Can buy me love

Si la galaxie Apatow a emprunté avec bonheur la comédie romantique (elle aussi travaillant ce langage du parler vrai comme un gage d'honnêteté dans l'être ensemble), depuis une décennie seuls Le Comeback (le couple comme paroles et musique), Comment savoir (géniale variation rohmerienne) et La ville fantôme (l'amour aidant au deuil) auront été les derniers représentants raffinés d'un genre qui décline. A commencer du côté des films de Katherine Heigl. Associée à Robert Luketic, grand fossoyeur du genre, l'actrice s'est faite la cheville ouvrière d'une vulgarité ambiante qui a trouvé dans L'abominable vérité son étendard d'un cinéma beauf et fier de l'être. Les leçons d'Harry rencontre Sally que le film suit (et radicalise) ont servi sur un plateau des concepts pour Cosmo qui ont fait le bonheur de PS I Love You, La proposition, Hanté par ses ex, 27 robes, Meilleures ennemies, Sex friends ou Sexe entre amis. Si le dernier, plus recommandable, sauve par les sentiments sa vision ironique et sécuritaire de l'amour, les autres tombent dans de multiples nouvelles tendances, à la fois réactionnaires, matérialistes, graveleuses, régressives, sexistes ou le plus généralement conformistes.

De la nouvelle mode du mariage au coaching en passant par un libertinage de magazine qui ne s'assume pas, la comédie romantique vend aujourd'hui l'amour comme un objet. Même les productions indépendantes tentant d'offrir une autre voie, tel que (500) jours ensemble, finissent par étouffer leurs personnages sous un concept publicitaire.


Summer's world, extrait de (500) jours ensemble

Amour market

Mais le pire peut-être de cet amour en toc vient des films de Gary Marshal qui, inspiré par le patron choral de Love Actually (prototype redoutable d'un cinéma sapin de Noël), s'est fait le maraîcher de l'amour. Avec Valentine's Day et Happy New Year, le réalisateur de Pretty Woman a enfoncé le clou avec deux films obèses aux allures de pudding où les sentiments ne servent qu'à suturer une obligation festive. Si la rencontre et ses malentendus menant au couple demeurent l'objectif de tous ces films, l'amour n'incarne plus que rarement une authentique relation avec l'autre. Il devient moins une révélation (bien qu'il serve toujours à éclairer les erreurs) qu'un moyen de s'assurer que tout va bien, ou de répéter en boucle, sans réfléchir et à moindre frais, l'idée de l'âme soeur.

La comédie romantique américaine a toujours été au-dessus des contraintes matérielles - seul Trop loin pour toi et sa fine description du vécu amoureux à distance en temps de crise renverse intelligemment ce principe. Sans quitter cette idée, depuis une dizaine d'années c'est l'amour qu'on a voulu matérialiser comme d'une chose rationnelle suivant les taxinomies de la presse féminine. La vulgarité dans laquelle la comédie romantique est tombée tient à sa conception grossière, machiste, bourgeoise et non plus métaphysique des sentiments. Le plus souvent idiote, lourde, moche, suivant des héros sans classe ni allure, elle a perdu son idéal aristocratique du coeur pour ne plébisciter que des trajectoires appauvries où la vie est devenu un projet. Rarement tomber amoureux n'a été aussi triste au cinéma qu'à notre époque.

45 commentaires
  • FilmsdeLover
    commentaire modéré @Katciller23 On est plutôt d'accord sur le côté grossier. On a perdu le charme des rencontres simples à la fin des années 90. Peut-être même avant. J'avais essayé aussi de faire un article du même genre : http://www.filmsdelo...elle-est-elle-morte/
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • katciller23
    commentaire modéré Je m'en rends moins compte pour les autres films (excepté pour ce qui est du cinéma de genre SciFi ou Horreur par exemple) @youliseas, mais comme dit @FilmsdeLover les années 90 avec l'orgie de romcom, de "pianos-violons" et autres pop chamallow music dans les scènes ont peut-être contribué pour le coup à transformer vraiment la romcom en cinéma de genre à part entière. J'ai trouvé ton article très intéressant en tout cas, et à sa lecture je me suis dit que si, d'après ce que tu décris, la phase années 90 correspond grosso modo à l'apogée du genre, que la phase années 2000 correspond à des films soit pessimistes/réalistes/qui fait pleurer soit vulgaires/caricaturaux du boy meeets girl, peut-être que la phase années 2010 sera moins en réaction et plus post-moderne par rapport au genre. Ce que je veux dire s'illustre par exemple dans le film Crazy, Stupid, Love où la comédie romantique autoréférence son genre d'appartenance avec l'évocation de Dirty Dancing, ou encore dans Happy New Year avec le Breakfeast at Tiffany's de Pfeiffer. Et je ne crois pas que cela se faisait avant... A voir maintenant si cela se retrouve et se retrouvera dans d'autres rom com du début de cette décennie...
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • FilmsdeLover
    commentaire modéré L'autoréférence à Dirty Dancing est aussi présent dans "L'arnacoeur". Curieux pour un film Mais cela existait aussi avant, avec "Elle et lui" dans "Nuits blanches à Seattle" par exemple. Et je pense aussi que l'on peut être confiant pour l'avenir dans ce genre particulier. La nouvelle génération tend à repousser les traits de la génération précédente comme tu l'as dit.
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • FilmsdeLover
    commentaire modéré *Curieux pour un film qui a été raillé à sa sortie comme films pour ados fleur bleu.
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • katciller23
    commentaire modéré Alors la question serait de savoir si les autoréférences de cette décennie 2010 marquent comme dans les années 90 et les années 50 un rapport plus apaisé au genre romcom (et donc un "retour" en quelque sorte)? @Filmsdelover est-ce que sinon tu verrais des autoréférences dans la décennie 2000 malgré sa tendance plus "rebelle"?
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • FilmsdeLover
    commentaire modéré Là, comme ça, je n'ai pas d'exemples précis. Celui de CSL est intéressant parce que voilà une rom-com super, bien reçue par la critique et le public qui "adoube" en quelques sortes "Dirty dancing" comme étant la rom-com ultime de l'époque à laquelle on peut se référer. Je prévois le même destin à "N'oublie jamais" dans quelques années.
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • katciller23
    commentaire modéré @FilmsdeLover en tout cas, bravo pour le site filmsdelovers.com! Je viens de le parcourir rapidement, super travail!
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • FilmsdeLover
    commentaire modéré @katciller23 Merci ! ;)
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • katciller23
    commentaire modéré Totalement d'accord sur CSL, après je ne sais pas si ce sera la romcom la plus marquante de la décennie, vu qu'elle n'est pas finie... Et si surtout CSL marquera les années 2010 dans la façon de raconter des histoires d'amour "qui finissent bien" (j'ai bien lu ton article) comme Breakfeast at Tiffany's ou Quand Harry rencontre Sally à l'époque.
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
  • TomWitwicky
    commentaire modéré Ps I Love you n'a rien a voir avec la liste des films cités par la suite...
    De plus, on parle de Rom Com, mais pourquoi une histoire d'amour devrait etre une comédie ? Like Crazy est parfaite par exemple tout et est l'antithése de Trop Loin POur Toi
    5 novembre 2013 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -