L'auteur
Chris Beney
ChrisBeney
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Chris Beney
L'Oscar du fan, c'est pour lui

Star Wars : J.J. Abrams est-il le meilleur d’entre nous ?

Dossier | Par Chris Beney | Le 16 décembre 2015 à 18h15

Quand la presse demanda à George Lucas son impression à chaud concernant Le Réveil de la Force, il ne répondit pas qu’il aimait le film, ni même quelles qualités il lui trouvait. Il se contenta de cette déclaration laconique : « Les fans vont adorer ». Le créateur de Star Wars s’est résigné : sa saga ne lui appartient plus, puisque ce qui compte, c’est de répondre aux attentes des fans, une chose pour laquelle il n’est pas doué. Les adorateurs de Star Wars ont aujourd’hui la jouissance totale de l’univers imaginé par Lucas et ils sont les seuls habilités à le faire vivre. C’est donc un fan qui a réalisé l’Episode 7, mais pas n’importe lequel.

Comme l’a si bien dit François Truffaut, tout le monde a 4 métiers : le sien, critique de films, sélectionneur de l’équipe de France de foot, et réalisateur d’un Star Wars. Tout le monde a un avis sur ce qu’il vient de voir au ciné, tout le monde a une idée sur qui doit porter ou non le maillot bleu, tout le monde sait ce qu’il faut faire ou éviter de faire pour avoir un bon Star Wars. Parfois même, certains le revendiquent, en s’expliquant très bien, storyboards et fonds verts à l’appui.

Et tout le monde estime que son opinion a plus de valeur que celle de Didier Deschamps ou George Lucas. Par contre, tout le monde ne peut pas prétendre à deux des quatre métiers cités et, heureusement, réalisateur d’un Star Wars en fait partie. Sauf que l’intéressé a les mêmes opinions que Monsieur Tout-le-monde.

Le film d'un fan avec une fan pour héroïne

En prenant les commandes du nouvel épisode de la saga, J.J. Abrams suit une trajectoire équivalente à celle d’un supporter du FC Barcelone à qui on confierait le management de son équipe préférée. Attention, un super fan, le meilleur des meilleurs, celui dont la connaissance encyclopédique des transferts, forgée au fil de longues et fastidieuses parties de Football Manager, aurait la plus grande valeur dans le monde tangible. J.J. Abrams n’a pas inventé Star Wars, mais il connaît la saga probablement mieux que son créateur George Lucas. Aux yeux des fans de cet univers en tous cas – mais c’est tout ce qui compte désormais – depuis que celui sans qui nous serions tous orphelins de quelque chose sans le savoir, nous aurait trahis en livrant une prélogie décevante. Décevante parce qu’elle ne prolongeait pas la trilogie originelle (forcément, elle la précédait dans l’ordre chronologique de l’histoire), parce qu’elle infantilisait son public à travers la figure de son jeune héros (alors que le public savait ou croyait savoir tout ce qu’il y avait à savoir) et surtout parce qu’elle ne répondait pas aux attentes des fans. Pas des attentes esthétiques, artistiques, émotionnelles ou autres, non. Plutôt des effets de reconnaissance, de la nostalgie, des plans emblématiques (les plans frontaux sur les pilotes des vaisseaux, pendant les combats, par exemple), des personnages-doudous que l’on voudrait à tout prix retrouver. Rien d'étonnant à voir Abrams commencer son travail sur Star Wars comme on organise une convention, en regroupant le cast original - y compris R2-D2 - à la manière d'une réunion d'anciens combattants.

Revoir ce qu’ils avaient déjà vu, mais comme si c’était la première fois : voilà ce que voulaient les fans. Voilà ce que voulait aussi J.J. Abrams, si l’on en juge par Le Réveil de la Force. De tous les fans exigeants de la saga, lui seul a eu l’opportunité et le talent de passer à l’action et de faire le film que les fans attendaient. Son épisode n’est-il donc qu’un fan film, seulement là pour combler les attentes et flatter les adorateurs ? Il en a les atours et il ne s’en cache pas. Quand l’héroïne, Rey, déclare être fan de Han Solo et Luke Skywalker ; aucun doute, c’est J.J. qui parle à travers elle. Une héroïne qui adore depuis toujours les personnages avec lesquels elle partage l'affiche, c’est beau comme si un cosplayeur de Star Wars finissait par jouer dans sa saga préférée. J.J. Abrams, c’est elle, ce fan qui se met à produire et plus seulement à regarder, avec toute la joie et la fascination qui va avec, et l’anxiété de plaire à ses pairs. Pas les autres réalisateurs, non, les autres fans. Alors il fait réapparaître les héros de La Guerre des étoiles devant nos yeux humides de joie, refait à sa manière la fameuse scène de la cantina, reprend des créatures bien connues, et évite tout ce qui a été reproché à la prélogie, histoire de ne surtout pas se retrouver affubler du sobriquet de Jar Jar Abrams. Il prend même soin d’intégrer discrètement un peu de l’univers développé par les fans, notamment Troops, la vidéo construite sur le modèle de la télé-réalité Cops, avec des Stormtroopers à la place des flics (grâce à une conversation dans la profondeur de champ, entre deux soldats, au sujet des performances comparées de deux vaisseaux). Il sort même de la casse, littéralement, un engin emblématique, et c’est à ce moment là que le fan service, qui a ses beautés, devient peut-être trop pressant. Surtout parce qu’il en rappelle un autre, récent, et pénible, celui de Jurassic World, quand les jeunes héros se retrouvaient devant les jeeps, épaves, de Jurassic Park. Même chose dans Star Wars 7, quand un hologramme compare la taille de l’Etoile Noire avec celle d'une planète ennemie, beaucoup plus grosse forcément, comme l'était l'Indominus Rex par rapport au T-rex ; on n'est pas là pour faire plus petit qu'il y a 40 ans...

La fusion du cinéma et de l'étude de marché

Comme pour le 4ème volet de Jurassic Park (et ne parlons pas du dernier Terminator), on craint à un moment que ce 7èmeStar Wars ne soit qu’une reformulation, reboot, remake, reprise, variation – appelez ça comme vous voudrez – pour faire pareil, mais en plus gros, sans jamais arriver à se débarrasser de l’aura des films lui servant de modèles. Voilà à quoi se résumerait L’Eveil de la Force s’il avait été réalisé par Colin Trevorrow, celui à qui nous devons Jurassic World : un blockbuster lourdaud destiné à satisfaire les « nostalgeeks », avec son modèle qui lui collerait aux basques comme le sparadrap sur la main du capitaine Haddock. Voilà pourquoi il est heureux que Trevorrow réalise l’épisode 9 de Star Wars et pas le 7, même s’il aurait été préférable qu’il n’en fasse aucun… Et voilà pourquoi il est heureux que J.J. Abrams initie cette nouvelle trilogie, car lui est capable de lier cahier des charges et histoire. La réussite du Réveil de la Force est de tenir aussi bien de l’étude du marché que du cinéma. C’est un film fait par un fan pour les fans, donc, et de manière très scrupuleuse, mais c’est le film d’un réalisateur clone de Steven Spielberg, dont la grande fierté lorsqu’il était adolescent fut de monter les films 8 mm de son idole en échange de 300 dollars, et dont l’autre grande fierté en tant qu’adulte fut d’écrire et de réaliser un long, Super 8, sous bannière Amblin, la maison de Spielberg. C’est le film de quelqu’un doté d’une grande vista et d’une conscience aiguë de ce que le cinéma grand-public et grand-spectacle doit être, une conscience forgée par films de la fin des années 70 jusqu’à celle des années 80, doté d’un savoir-faire façonné par ce que fut George Lucas quand il réalisa Star Wars et que Lucas ne veut plus ou ne peut plus être aujourd’hui. George Lucas a fait la prélogie qu’il voulait faire et pas celle que les fans voulaient voir. J.J. Abrams, lui, a fait l’épisode que les fans voulaient voir et en même temps celui qu’il voulait faire parce qu’il fait partie des fans de Star Wars ; il est l’un des meilleurs même, puisqu’il a l’intelligence de ne pas avoir réduit l’énorme tâche qui lui incombait à un vulgaire fan film.

17 commentaires
  • Torrebenn
    commentaire modéré C'est bien beau tout ça, mais moi qui me fous éperdument de "Star Wars", je vous conseille tout de même une véritable plongée dans l'univers de Lucas avec cette vidéo exceptionnelle et si vous ne riez pas devant, c'est que vous êtes de côté obscur : https://www.youtube.com/watch?v=VSpEo8Onqiw
    Et le thème musical de Star Wars vous sera pourri à vie dans vos petits crânes ! :D
    17 décembre 2015 Voir la discussion...
  • typhonpurple
    commentaire modéré @Daemon54 (Oui, je suis allé loin pour le coup, mais c'était plus pour faire réagir qu'autre chose) ;)
    17 décembre 2015 Voir la discussion...
  • typhonpurple
    commentaire modéré @Torrebenn Hahahahahahaha
    17 décembre 2015 Voir la discussion...
  • bredele
    commentaire modéré @Torrebenn c'est énorme !
    17 décembre 2015 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré Bon, alors si ça vous a plu, je vous conseille de regarder ça aussi : https://www.youtube.com/watch?v=m8rzkCkFIus
    Dark Vador tombe un peu de son piédestal !
    17 décembre 2015 Voir la discussion...
  • youliseas
    commentaire modéré Mais heu du coup ils sont où les arguments pour dire que c'est autre chose qu'un fanfilm ? J'suis d'accord pour dire qu'il est plus subtil que ce lui de Jurassic World (mais aussi moins jouissif), mais c'est du Cinéma juste parce que c'est signé Abrams et non Trevorrow (donc que la mise en scène est plus chiadée) ?
    19 décembre 2015 Voir la discussion...
  • Cladthom
    commentaire modéré Plus j'y repense plus je constate son manque cruel d'imaginaire. C'est surtout ça le plus inquiétant.
    19 décembre 2015 Voir la discussion...
  • typhonpurple
    commentaire modéré @Cladthom Cet imaginaire sera nécessairement développé dans l'épisode suivant: le grand méchant par exemple devrait être mis en lumière.
    19 décembre 2015 Voir la discussion...
  • Sleeper
    commentaire modéré La formule "les fans vont adorer" est la version polie de "haters gonna hate " ?
    20 décembre 2015 Voir la discussion...
  • Trojan
    commentaire modéré @Cladthom @typhonpurple Je rejoins Cladthom, et j'amende ton contre-argument typhon': une trilogie doit être dès le début et ne peut paraître. le VII devait être quelque chose de nouveau. Abrams a fait à la fois le film de Disney, celui des fans, et son film (comme l'article le démontre bien). Toutefois, à cause de ce film je remets en cause entièrement si ce n'est son talent, au moins sa subversivité, ses aspérités, son caractère. C'est très consensuel.
    22 décembre 2015 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -