Dogville
(2003)
un film de
77% Taux de satisfaction
Dogville

Dogville

(2003)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 77%
  • 766 notes
  • 3,68 moyenne

Micro-critique star (NicoUnionStreet) :
NicoUnionStreet
(à propos de Dogville)
Sa note :
Dogville “ J'ai le plus grand respect pour le mépris que Lars Von Trier a des hommes. ” — NicoUnionStreet 9 avril 2013
6 commentaires
  • cath44
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Dans un décor stylisé,la vulnérable fugitive porte la grâce des statues antiques.Récit éprouvant sur la noirceur des pulsions humaines.  ” — cath44 28 décembre 2013
    1 commentaire
    • cath44
      commentaire modéré @apocalypse12 tu m'as demandé mon avis ...j'ai vu ce film il y a qq années , j'en avais fait à l'époque, non pas une critique mais un résumé ....je me souviens avoir été déstabilisée par ce film, pas nécessairement par sa forme très stylisée rappelant une scène de théâtre, mais par son fond , très noir, en forme de parabole ...c'est situé dans l'après coup de la grande dépression aux USA et c'est assez désespérant ...N Kidman quant à elle, y est magnifique ...ma MC ne reflète que mes impressions liés au souvenir de ce film ...alors va le voir...
      28 décembre 2013 Voir la discussion...
  • NicoUnionStreet
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ J'ai le plus grand respect pour le mépris que Lars Von Trier a des hommes. ” — NicoUnionStreet 9 avril 2013
    6 commentaires
  • Apocalypse12
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Lars von Trier se place en seul maître, décidant du sort de ses personnages, punissant les hommes, animaux nuisibles. Flammes et désolation. ” — Apocalypse12 1 janvier 2014
    2 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré alors tu as aimé? Une autre belle MC ...
      2 janvier 2014 Voir la discussion...
    • CyberSpace
      commentaire modéré @apocalypse12 N'hésite pas à voir la suite, "Manderlay" : elle est moins surprenante, mais tout aussi perturbante sur le propos.
      2 janvier 2014 Voir la discussion...
  • Robb
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Oeuvre expérimentale et déroutante dont le final est absolument terrifiant de pessimisme.Magnifique et dramatique. ” — Robb 28 janvier 2014
    Commenter
  • Scronchh
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Caméra au poing et Kidman au top, LVT sonde l'âme humaine jusque dans ses tréfonds les plus sombres. Flippant et cyniquement misanthrope. ” — Scronchh 15 février 2015
    Commenter
  • Ariane92
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Le chemin glaçant d'une brebis égarée, tombée dans les pattes d'une meute de loups sauvage et craintive, trace les tréfonds de l'âme humaine ” — Ariane92 28 juillet 2015
    9 commentaires
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Ariane92 sérieusement ??? Je comprends mieux alors ta capacité de compréhension et d'ouverture sur les autres, je te trouve assez bonne analyste, maintenant je sais pourquoi ;)
      28 juillet 2015 Voir la discussion...
    • Ariane92
      commentaire modéré @Joe_Shelby merci ;) mais je n'ai pas étudié la psycho en tant que telle, meme si j'ai toute la biblio de Freud à portée ^^
      28 juillet 2015 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Ariane92 Peut être mais tu as une façon de raisonner qui me fait un peu écho, comme ma comparse Pussycat, et ça je l'avais déjà remarqué. De plus, tu es dans l'ensemble calme et posée (mais pas patiente lol). Bref un excellent état d'esprit.
      28 juillet 2015 Voir la discussion...
  • QuarterPounder
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Amer reflet, l'homme dans l'impasse face à ses démons, les murs s'effacent, plus aucunes traces de cet enfer touché par la grâce. Superbe. ” — QuarterPounder 23 mars 2016
    Commenter
  • miyoori
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Véritable dénonciation de la cruauté des hommes, Dogville met en lumière tout ce qu'on a enfoui au plus profond de nos âmes. Monstrueux. ” — miyoori 11 mars 2015
    Commenter
  • Wildin
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Les murs tombent et la nature humaine est à nu, disséquée par les cuts et la caméra à l'épaule du dogme 95. L'homme est sa propre tragédie. ” — Wildin 18 juin 2015
    8 commentaires
    • Wildin
      commentaire modéré @Scronchh Ah d'accord merci beaucoup pour ces petites précisions ;) Je vais aller un peu plus me renseigner sur dogme qui semble être un courant très intéressant
      18 juin 2015 Voir la discussion...
    • Scronchh
      commentaire modéré @Wildin Les deux films "phares" du courant sont Les Idiots de LVT et Festen de Vinterbeg. Je n'ai vu que Les Idiots et c'était vraiment pourri ^^ Festen est bien par contre il paraît
      18 juin 2015 Voir la discussion...
    • Wildin
      commentaire modéré @Scronchh Ok merci ! Tout ça va aller dans ma wishlist ^^
      18 juin 2015 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ La théatralisation selon Von Trier, reflet d'une noirceur humaine aux plus bas instincts primitifs. Kidman martyre puis bourreau. Sublime. ” — Joe_Shelby 21 mars 2015
    3 commentaires
    • Ariane92
      commentaire modéré Ce pseudo décor m'avait rebutée en 2003 pour voir le film mais ça passe parfaitement avec cet effet théâtreal. Belle surprise pour moi, je vois que tu partages encore mon avis ;)
      28 juillet 2015 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Ariane92 Eh oui comme je te l'ai marqué sur ta MC c'est mon film de Lars Von Trier préféré. Le propos est singulier, la forme originale, l'interprétation de Kidman magistrale, toute cette histoire conté comme un calvaire, mais un agneau blessé peut cacher une bête féroce, et par le feu la vengeance sera consumé pour ne laisser que l'aboiement du chien au crépuscule : Bienvenue à Dogville ;)
      28 juillet 2015 Voir la discussion...
    • Ariane92
      commentaire modéré @Joe_Shelby très bien dit ! J'aime bien Melancholia aussi mais je préfère celui là (j'ai vu que ces 2 là en même temps).
      28 juillet 2015 Voir la discussion...
  • ProfilSupprime
    (à propos de Dogville)
    Dogville “ L'unité du lieu et du temps s'estompe, le drame se distille et la communauté se délite, vulnérable et face au pire : soi-même. ” — ProfilSupprime 25 février 2015
    Commenter
  • TaoChess
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Station to Station, toutes les routes mènent au cynisme. Quand l'Art sue la détresse de son créateur, pour le meilleur et pour le pire. ” — TaoChess 6 décembre 2013
    11 commentaires
    • REDACTED
      commentaire modéré Mais je veux bien te croire. En revanche je n'ai jamais pensé à Bowie en voyant le personnage principal. En quoi as-tu pensé à Bowie (tu parles bien de Kidman ?) ?
      6 décembre 2013 Voir la discussion...
    • TaoChess
      commentaire modéré Nan, je parle du mec, Paul Bettany...
      Peut-être quelque chose de visuel, physique, ambigu, romantique. Un peu dans le style Thin White Duke.
      6 décembre 2013 Voir la discussion...
    • REDACTED
      commentaire modéré Ok. Je vois l'acteur dont tu veux parler.
      6 décembre 2013 Voir la discussion...
  • CineFiliK
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Il suffit à Lars von Trier d'un décor noir et d'une craie blanche pour faire avancer le cinéma. Sans négliger Nicole la Grande. ” — CineFiliK 16 octobre 2015
    18 commentaires
    • CineFiliK
      commentaire modéré @Joe_Shelby Peut-être... Perso, j'aimais voir en le personnage de Seligman, le double inversé de Joe.
      17 octobre 2015 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @CineFiliK C'est ce qu'il est pendant tout le film mais il reste trop carthésien, toujours à chercher une explication, comme son allégorie de la truite remontant le fleuve, toujours à avoir besoin de prendre une référence pour donner un sens au propos, là où justement la nymphomanie ne s'explique pas. Elle n'est que l'aversion du propos de la perversité amorale et cynique de la prise de position de la femme face à un besoin de liberté oedipien et sociétale, ce que s'autorisent les hommes et leurs infidélités souvent addictives mais perçu comme normal parce que ce sont des hommes, là où la femme n'a pas le droit à cette émancipation et la réponse à cette addiction sans être calomnié de "putain". Cest tout le propos du film, le ressenti face à la démonstration carthésienne.
      17 octobre 2015 Voir la discussion...
    • CineFiliK
      commentaire modéré Compris.
      17 octobre 2015 Voir la discussion...
  • CaroB
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Dans un décor minimal, une Kidman impressionnante au coeur de la noirceur humaine. LVT a choqué et a bluffé l'ado que j'étais en 2003.  ” — CaroB 28 décembre 2013
    4 commentaires
  • karaboudjan
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Ma vie n'a plus de sens : Dogville raconte tout ce que j'ai à dire, comme j'aurai voulu le dire, si j'avais eu un talent fou. Tant pis. ” — karaboudjan 5 mars 2013
    2 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré Moi, ce qui m'avait profondément agacé à l'époque, c'est que j'écrivais un film dont le Stabat Mater de Pergolèse était le fil rouge et ce crétin en émaillait tout son métrage. Chouette œuvre malgré tout.
      17 mai 2013 Voir la discussion...
    • karaboudjan
      commentaire modéré j'aurais*
      5 janvier 2014 Voir la discussion...
  • Alphaeraser
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Faire abstraction des décors pour se recentrer sur l'être humain et mettre à nu ses plus sombres instincts. Dérangeant et brillant.  ” — Alphaeraser 25 janvier 2014
    Commenter
  • Pussycat
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Pessimiste, violent, philosophique où la déconstruction d'un être à l'annihilation totale de son Moi. l'enfer est pavé de bonnes intentions. ” — Pussycat 30 avril 2015
    Commenter
  • REDACTED
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ La grande marelle: un jeu qu'il fait bon d'y aller à pieds joints et avec des crocs. Vie de Chiens/Chienne de vie: jappons les enfants. ” — REDACTED 28 décembre 2013
    Commenter
  • CinemAtrium
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Nos points de fuite convergent vers les mêmes pulsions dévastatrices, révélant la brutale réponse : le Meilleur des Mondes n’existe pas. ” — CinemAtrium 22 janvier 2016
    Commenter
  • itachi
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Il faut surtout regarder ce film sans en avoir parlé avec personne !! On ne comprend pas, puis on se délecte. Du GENIE pur et simple !! ” — itachi 3 octobre 2013
    Commenter
  • Sanium
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Le purgatoire ne leur convient pas, le Tartare leur sied bien mieux. Au beau milieu du chaos, Cerbère rôde, fin prêt à sortir les crocs. ” — Sanium 24 septembre 2016
    2 commentaires
    • CyberSpace
      commentaire modéré "Le purgatoire ne leur convient pas, le Tartare leur sied bien mieux."
      J'adore cette phrase !!! :D
      24 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Sanium
      commentaire modéré @CyberSpace Haha, ton enthousiasme fait plaisir à voir, merci bien ;)
      24 septembre 2016 Voir la discussion...
  • WillValmontcine
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Von Trier vire les meubles, met à l'escalavage Kidman. Donne plus l'envie d'une virée à ikéa ou d'une bonne sieste. Masturbation cannoise. ” — WillValmontcine 19 octobre 2014
    10 commentaires
    • typhonpurple
      commentaire modéré L'absence de décor tend, selon moi, vers cette idée de transparence que j'évoquais. Et les viols ne sont pas gratuits pour autant: certes les femmes souffrent chez Lars, mais ce sont toujours des sortes de figures christiques qui se font lapider alors qu'elles n'aspirent qu'à la paix, au bonheur, etc. Enfin bref, tu n'y es pas sensible :)
      20 octobre 2014 Voir la discussion...
    • WillValmontcine
      commentaire modéré C'est pour moi plus une question d'interprétation que de sensibilité. Mais chacun ses goûts et ses couleurs.
      20 octobre 2014 Voir la discussion...
    • typhonpurple
      commentaire modéré C'est drôle parce que quand j'ai vu la mise en scène de Dogville, j'ai tout de suite pensé à une transparence qui ne serait qu'un trompe-l'oeil. Enfin bref.
      20 octobre 2014 Voir la discussion...
  • CyberSpace
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ LVT réussit magistralement un pari de cinéma inouï pour en tirer une œuvre riche sur la nature humaine. Kidman y trouve son meilleur rôle. ” — CyberSpace 21 juillet 2013
    Commenter
  • louetdad
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Mue par la peur, la communauté de D. chemine vers l'anéantissement de tout sens moral au profit de la corruption ! No line on the horizon !  ” — louetdad 23 juillet 2013
    2 commentaires
  • TrueCine
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Le chef d'oeuvre et le film-phare de Lars Von Trier selon moi, celui dans lequel il déchire son cinéma pour en faire éclater le génie. ” — TrueCine 18 novembre 2014
    2 commentaires
    • RegisX
      commentaire modéré Oui, parce que les autres...
      4 décembre 2014 Voir la discussion...
    • TrueCine
      commentaire modéré Moi j'aime les autres mais celui-là est le meilleur selon moi.
      18 février 2015 Voir la discussion...
  • lulbryner
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Difficile de rester indifférent face à cette œuvre profonde et dérangeante qui propose une réflexion intéressante sur la nature humaine. ” — lulbryner 16 décembre 2013
    Commenter
  • korogu
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Exercice de style qui semble pompeux mais finalement se justifie, une claque de 3 heures, chef d'oeuvre jouissif et dérangeant. ” — korogu 4 mars 2013
    Commenter
  • audecouver
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Toute en sobriété et en finesse, Lars von Trier fait monter la tension et exalte les revers de l'humanité ” — audecouver 21 février 2016
    1 commentaire
  • guillaumecougard
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Un exercice de style particulièrement déroutant au service d'une fresque d'une noirceur inouïe.  ” — guillaumecougard 13 avril 2014
    4 commentaires
  • Mathrouzaud
    (à propos de Dogville)
    Sa note :
    Dogville “ Dogville est une pure idée de cinéma. Cette schématisation radicale hisse le récit à un niveau supérieur où se mêlent réflexion et sensation ” — Mathrouzaud 19 janvier 2016
    1 commentaire
    • MariaVargas
      commentaire modéré Je ne comprends pas ce que tu veux dire par : "Dogville est une pure idée de cinema". La mise en scène est très "theatre" selon moi...
      1 mars 2016 Voir la discussion...

Casting de Dogville

Infos sur Dogville

Réalisé par Lars von Trier
Écrit par Lars von Trier


Allemagne, Danemark, Finlande, France, Grande-Bretagne, Norvège, Pays-bas, Suède - 2h57 - Western, Drame, Polar
Sortie le 21 mai 2003
Compétition officielle au Festival de Cannes 2003

Synopsis

Dogville est une petite ville américaine située dans les Montagnes Rocheuses avec comme voie d'accès une unique route. Le film débute par un prologue dans lequel nous faisons connaissance avec la vingtaine d'habitants qui constitue la bourgade. Ils sont présentés comme des gens chaleureux dont les petits défauts sont faciles à oublier.

La ville est vue du point de vue de Tom (Paul Bettany), un écrivain en herbe qui tergiverse en essayant de réunir ses concitoyens à des réunions périodiques. Il est évident que Tom veut succéder à son père en tant que guide moral et spirituel de la ville.

Tom fait la rencontre de Grace (Nicole Kidman), qui est poursuivie par des gangsters lui tirant dessus. Grace, une belle mais modeste femme, veut continuer sa fuite, mais Tom lui assure qu'elle ne pourra continuer que difficilement son chemin sur la montagne qui devient dangereux. Pendant qu'ils parlent, les gangsters s'approchent de la ville. Tom cache alors rapidement Grace dans la mine de charbon située à l'entrée de la bourgade. Un des gangsters demande à Tom s'il n'aurait pas vu la jeune femme qu'ils cherchent, ce qu'il décline, alors le gangster lui promet une récompense s'il vient à la voir, et lui donne une carte avec un numéro de téléphone auquel il pourra appeler.

Tom décide d'utiliser Grace comme "illustration" pour sa prochaine réunion, une manière de prouver à ses concitoyens qu'ils sont engagés aux valeurs d'une communauté en aidant la jeune femme. Ils demeurent sceptiques, alors Tom propose de laisser à Grace une deuxième chance pour prouver que c'est une bonne personne. Grace est acceptée pour deux semaines, pendant lesquelles Tom lui explique qu'elle doit convaincre les citoyens de la cité de l'aimer.

À la suggestion de Tom, Grace offre ses services et effectue des tâches comme parler à Jack McCay (Ben Gazzara), aveugle, aider à gérer le petit magasin, surveiller les enfants de Chuck (Stellan Skarsgård) et Vera (Patricia Clarkson), etc. Après quelques réticences, les habitants acceptent de l'aider en échange de ces corvées superflues mais qui rendent néanmoins la vie meilleure. Elle devient alors une citoyenne de la ville. Après les deux semaines, tout le monde est d'accord sur le fait qu'elle peut rester.

Sur un commun accord tacite, elle continue ses corvées qu'elle fait avec plaisir et est, par ailleurs, payée modestement en retour. Grace commence même à se lier d'amitié avec certains des habitants de Dogville, dont Jack McKay, un vieil homme aveugle qui prétend ne pas l'être ; Grace réussit à lui faire admettre qu'il l'est.

Mais lorsque la police vient à Dogville, et place une affiche Portée disparue de Grace sur l'église, l'humeur générale s'obscurcit. Vont-ils coopérer avec la police ?

Mais les choses se passent normalement jusqu'au 4 juillet, fête nationale. Tom avoue maladroitement son amour pour Grace, et les habitants lui font comprendre que la vie dans la ville s'est améliorée grâce à elle. Puis la police revient, et poste une affiche Wanted : Grace est recherchée pour une affaire de vol bancaire. Tout le monde convient qu'elle doit être innocente puisqu'à cette date là elle accomplissait quotidiennement les corvées pour les habitants.

Néanmoins, Tom argumente sur le fait qu'étant donné le risque accru que prend la ville à la cacher, Grace doit quid pro quo faire plus de tâches. À partir de là, ce qui était un accord tacite bénévole tend à devenir une contrainte puisque Grace est réticente à cette idée. Toutefois, parce qu'elle est redevable envers Tom, et afin de ne pas lui déplaire, elle accepte.

À ce stade, la situation se détériore : Durant ses corvées additionnelles, Grace fait immanquablement quelques erreurs, mais les gens chez qui elle travaille sont indifféremment irrités par ce nouveau train de vie et rejettent tout sur Grace. La situation s'intensifie plus ou moins, avec les avances sexuelles de plusieurs des hommes de la ville, et les exigences abusives et asymptotiques des femmes. Même les enfants s'y mettent : Jason, certainement le plus petit des enfants de la ville (10 ans), l'enfant de Chuck et Vera, demande à Grace de lui donner des fessées. Ce, jusqu'à ce qu'elle accepte plusieurs de ces provocations. Par la suite, Chuck, en rentrant chez lui, lui fait chantage : soit elle le laisse la violer soit il donne son foulard (preuve qu'elle est là) aux policiers qui sont dehors. Elle accepte le chantage sur le coup, et se fait donc violer. Ces situations l'obligent à se défendre de l'exploitation des autres...

Après discussions avec Tom sur les possibilités qu'elle a de s'échapper, Grace est blâmée par Vera à cause des fessées données à Jason, et pour faire, soi-disant, de l'oeil à son mari Chuck. Vera menace Grace de détruire ses poupées en porcelaine qu'elle a achetées en ville (fabriquées artisanalement) grâce à son maigre salaire (économisé). Grace lui demande grâce, rappelant à Vera combien cette dernière était contente lorsque, autrefois, la fugitive fit comprendre la doctrine stoïcienne à ses enfants. En réponse, Vera défie Grace d'appliquer celle-ci en ne pleurant pas à la destruction de deux de ses figurines (sept en tout), auquel cas elle les détruira toutes. Mais Grace fond en larme, alors Vera les détruit toutes. Le symbole de son appartenance à la ville est détruit, elle sait maintenant qu'elle doit partir. Avec l'aide de Tom et de Ben, le propriétaire du camion des transports, elle tente de s'échapper dans son camion à pommes, opportunité dont Ben profitera pour lui faire payer un supplément en nature (« Ce n'est pas personnel. Je... dois juste appliquer les tarifs »), pour finalement la faire revenir à Dogville sans qu'elle le sache, en prétextant qu'elle s'est cachée à son insu dans son camion.

La ville convient qu'elle ne doit plus s'enfuir. L'argent que Grace a utilisé pour payer Ben a été volé par Tom à son père (sans qu'elle le sache, elle croyait qu'il l'avait emprunté), Grace est accusée. Tom refuse d'avouer sous prétexte que c'est de cette seule manière qu'il pourra protéger Grace sans que ses concitoyens ne le suspectent. De là, le statut de Grace est définitivement considéré comme esclave, car elle est colletée par une chaîne au cou à une lourde roue en métal qui l'empêchera de passer par des chemins non plats (donc hors des frontières la ville). Plus humiliant encore : autour de son collier, une cloche. Elle est l'esclave sexuelle et ménagère de toute la ville.

Une réunion est organisée par Tom dans laquelle Grace raconte tout la vérité, tout ce qu'elle aura enduré de la part de tout le monde dans la ville, puis elle part dans sa chambre. La population crie au mensonge et fait preuve d'une grande mauvaise foi, elle demande à Tom de choisir son camp et décide de se débarrasser de Grace. Tom se rend dans la chambre de Grace, il tente de faire l'amour avec elle, il est le seul homme adulte à ne pas avoir eu de relation sexuelle avec elle. Mais Grace refuse. Tom sort, appelle personnellement les truands, et plus tard propose par un vote unanime que Grace doit être enfermée à clé dans sa cabane-chambre.

Lorsque les gangsters arrivent finalement, ils sont accueillis chaleureusement par Tom, et un comité impromptu composé des autres gens de la ville. Grace est affranchie et on apprend finalement qui elle est vraiment : la fille du patron des gangsters. Elle s'était enfuie parce qu'elle n'aime pas le sale boulot de son père. Son père la confronte dans sa cadillac et lui dit qu'elle est arrogante de ne pas considérer les autres comme elle se considère, du point de vue des bonnes actions/mauvaises actions. Dans un premier temps, elle refuse d'écouter, mais elle regarde les gens de la ville, elle est obligée d'approuver : elle voudrait condamner tous ces gens aux pires punitions si elle les considérait comme eux l'ont considérée, et il serait inhumain qu'il n'en soit pas ainsi.

Alors elle accepte de redevenir la fille de son père, et sa première demande au pouvoir sera de détruire la ville ainsi que ses habitants. En particulier, elle donne l'ordre de faire exécuter les enfants de Vera, un à un, mais d'une manière bien spéciale: en lui faisant dire que si elle ne pleure pas, ils arrêteront de tuer ces enfants.

Le film se termine dans un crescendo de violence, la ville est brûlée et chaque citoyen de la ville --femmes et enfants inclus-- est brutalement assassiné par les gangsters sur l'ordre direct de Grace. Tous, sauf Tom qui est tué par Grace elle-même. Alors que les cendres de Dogville fument derrière elle, elle découvre le dernier survivant de Dogville : Moïses, le chien de Dogville...


Films similaires à Dogville

Listes thématiques
    Vodkaster © 2007-2016 - Tous droits réservés - 2 
    Qui sommes-nous ? - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Vodkaster recrute ! - Mentions légales -