Y Télérama aime beaucoup
Satisfaction communauté 73%
Le Doulos Bande-annonce

Le Doulos

(1962)
Ce qu'en pense la communauté
  • 73%
  • 310 notes
  • 84 veulent le voir

Micro-critique star (user_1123824) :
user_1123824
(à propos de Le Doulos)
Sa note :
Le Doulos “ Malgré un Belmondo convaincant et de belles idées, la lenteur de ce polar m'endort... ” — user_1123824 24 avril 2018
Commenter
  • user_1123824
    (à propos de Le Doulos)
    Sa note :
    Le Doulos “ Malgré un Belmondo convaincant et de belles idées, la lenteur de ce polar m'endort... ” — user_1123824 24 avril 2018
    Commenter
  • Bosco
    (à propos de Le Doulos)
    Sa note :
    Le Doulos “ D’escaliers à ombres chapeautées en lampadaire éclairant le nul part, un film tout en manières. Jeu d’hécatombes à quatre mains gantées. ” — Bosco 27 juillet 2019
    3 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré Je ne comprends pas bien lorsque l'on parle au sujet du Doulos de "mise en scène au cordeau", de "film sobre"... Cela est peut-être vrai d'autres réalisations de Melville -peut-être-, mais ce film là me fait plutôt l'effet d'être particulièrement tarabiscoté, scénaristiquement chargé et esthétiquement maniéré, voire fétichiste dans les décors et les accoutrements. Melville surjoue, me semble-t-il, les codes du film noir américain qu'il possède et parfois tombe dans le ridicule. Ainsi l'idée de faire enterrer en pleine nuit le produit d'un vol et l'arme d'un crime au pied d'un lampadaire allumé (on ne serait être plus discret !) -lampadaire qui en outre ne sert absolument à rien sinon à faire "lampadaire perdu dans la nuit". Sans doute faut-il voir en cela de la poésie.
      27 juillet 2019 Voir la discussion...
    • CommonJarvis
      commentaire modéré @Bosco Plus frappant que partout ailleurs, c'est bien la lenteur apparente qui finit par créer une esthétique parfois à la limite du réel - pour ce que le réel a à faire au cinéma. Pour prêter attention à ce lampadaire qui n'éclaire rien au milieu de nulle part, il faut prendre le temps de le montrer. Le temps d'ouvrir le couteau. Le temps de gratter la terre. Le temps de creuser. Le temps de vérifier les pièces qu'on va enterrer. Le temps de les protéger. Le temps de remettre la terre. Le temps de placer quelques pierre et trois touffes d'herbes. Et pendant tout ce temps, le presque silence de la nuit qui nous rend à l'affût du moindre bruit et provoque la tension - tiens, on croit entendre des pas... Tout l'art du détail melvillien vient de là. Non pas parce qu'il en charge chaque plan, mais bien parce qu'il leur laisse le temps de se manifester et de prendre tout leur sens.
      8 juillet 2020 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @CommonJarvis Je vois bien ce sens du détail et ce qu'il provoque de tension. Il y a bien intention délibérée. Je la trouve soulignée donc signalant une manière parfaitement contraire à l'épure stylistique que certains veulent voir dans ce film. Melville a bien des qualités mais ils n'use pas que d'elles dans Le Doulos. Peut-être, aurait-il fallu délibérément qu'il aille vers le film policier fantastique - ce qui eut pu être intéressant . Un Melville dérivant vers Franju... on peut certes en rêver mais je n'y crois pas : ce n'est ni son oeil ni son mouvement.
      8 juillet 2020 Voir la discussion...
  • Anna_K
    (à propos de Le Doulos)
    Sa note :
    Le Doulos “ Scénario sophistiqué pour oeuvre en lacis. Le brio de Melville atteint ses limites à la fin, où il fait expliquer, au lieu de donner à voir. ” — Anna_K 26 août 2019
    2 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré Très maniéré son "brio" dans ce film, c'est pourquoi dans ta MC je préfère à l'épithète que tu emploies le terme de lacis qui le précède.
      27 août 2019 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @Bosco Le brio renvoie de façon générale à quelques films qui m'ont bien plu : avant le Doulos "Léon Morin, prêtre", après, "Le deuxième souffle", "Le samouraï" et enfin "Le cercle rouge". Là, j'ai été un peu déçue par l'imbroglio autour de l'indic justement l'histoire est tellement tordue que pour que l'on s'y retrouve, Belmondo est obligé d'expliquer les rapports de force et d'amitié, le film se fait bavard et c'est dommage . C'est la raison pour laquelle je dis "atteint ses limites", ce n'est pas un grand Melville, quoique l'on en dise. Même la fin est un peu ratée ; que l'on songe à celle du "Deuxième souffle", il n'y a pas photo.
      27 août 2019 Voir la discussion...

Casting de Le Doulos

Infos sur Le Doulos

Réalisé par Jean-Pierre Melville
Écrit par Jean-Pierre Melville


France - 1h49 - Drame, Thriller
Sortie le 8 février 1963

Synopsis

Un homme, à sa sortie de prison, règle quelques comptes et prépare un nouveau cambriolage avec son ami Silien. Ce qu'il ne sait pas c'est que ce dernier travaille pour la police.

Films similaires à Le Doulos

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2021 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -